Diplomatie

Ouganda : le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou en visite à Entebbe

| Par Jeune Afrique avec AFP
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou lors de sa dernière visite à Entebbe, en juillet 2016.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou lors de sa dernière visite à Entebbe, en juillet 2016. © Stephen Wandera/AP/SIPA

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, est arrivé lundi en Ouganda où il doit rencontrer le président Yoweri Museveni afin de renforcer les liens avec cette nation d’Afrique de l’Est.

Benyamin Netanyahou a été accueilli sur le tarmac de l’aéroport d’Entebbe par le Premier ministre ougandais, Ruhakana Rugunda, selon des images publiées sur le compte Twitter officiel du gouvernement ougandais. Il devait ensuite se rendre au palais présidentiel d’Entebbe pour s’entretenir avec le président Museveni.

Au moment de quitter Israël, le Premier ministre a indiqué à la presse qu’il espérait annoncer lors de cette visite « une très bonne nouvelle pour l’État d’Israël », sans pour autant préciser laquelle. « Je me rends une nouvelle fois en Afrique, c’est ma cinquième visite depuis environ trois ans et demi », a déclaré le Premier ministre, juste avant d’embarquer dans l’avion qui l’a emmené en Ouganda. « Ce sont des liens qui sont très importants dans le domaine politique, économique, sécuritaire, et d’autres domaines ».

Benyamin Netanyahou s’était rendu pour la dernière fois en Ouganda en juillet 2016, pour marquer le quarantième anniversaire du raid d’Entebbe, une opération commando organisée par Israël pour libérer les passagers d’un vol entre Tel-Aviv et Paris détourné vers l’Ouganda, où les preneurs d’otages avaient été accueillis par le dictateur Idi Amin Dada. Le frère de Benyamin Netanyahou, Yonathan, chef du commando, avait péri durant l’opération.

Expertise militaire et agricole

Ces dernières années, Israël a renforcé ses relations diplomatiques avec les pays africains, après une période difficile durant laquelle, au moment de leur indépendance, de nombreux pays du continent ont préféré s’allier avec les rivaux arabes de l’Etat hébreu, voyant notamment d’un mauvais œil le soutien israélien à la politique d’apartheid pratiquée en Afrique du Sud. L’expertise israélienne dans les domaines militaires et agricoles a par ailleurs créé des opportunités d’échanges avec les pays africains. Israël a actuellement des relations diplomatiques avec 39 des 47 pays d’Afrique subsaharienne.

En 2018, le gouvernement israélien avait renoncé à un plan controversé d’expulsion de migrants érythréens et soudanais vivant illégalement en Israël, faute d’avoir trouvé un pays acceptant de les accueillir. L’Ouganda avait été cité parmi les pays avec lesquels Israël a négocié en vain un accord pour l’accueil de ces migrants. De nombreux observateurs spéculent toutefois sur l’existence d’un programme de transfert sur une base « volontaire ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte