Santé

Coronavirus : Rabat a rapatrié 167 Marocains

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 25 mars 2020 à 11h06
Un Boeing de la Royal Air Maroc.

Un Boeing de la Royal Air Maroc. © Konstantin von Wedelstaedt/Wikimedia Commons

Le Maroc a rapatrié dimanche 167 ressortissants qui se trouvaient à Wuhan, épicentre de l’épidémie du nouveau coronavirus en Chine, et les a placés dans des structures hospitalières où ils resteront « 20 jours » sous surveillance médicale.

Un avion de la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) a atterri en matinée à l’aéroport de Benslimane, entre Rabat et Casablanca. Au total, 167 Marocains en provenance de Wuhan se trouvaient à bord, dont 52 femmes a précisé l’agence MAP.

Ces rapatriés étaient accompagnés d’une équipe médicale civile et militaire, qui les a ensuite conduits jusqu’à des sites dédiés, à savoir l?hôpital Sidi Saïd de Meknès (centre) et l’hôpital militaire Mohamed-V de Rabat, a indiqué le ministère de la santé dans un communiqué.

Ils y resteront en observation, « sous surveillance médicale étroite, durant 20 jours », selon la même source.

Le Maroc n’a enregistré aucun cas à ce jour du virus qui a contaminé plus de 14 000 personnes depuis décembre, dont plus de 300 mortellement, selon un dernier bilan publié dimanche.

La RAM avait par ailleurs annoncé jeudi la suspension de ses vols vers Pékin, du 31 janvier au 29 février, « en raison de la forte baisse de la demande « .

Au Maghreb, l’Algérie a pour sa part annoncé dimanche qu’un avion de sa compagnie nationale (Air Algérie) avec à son bord un staff médical spécialisé avait décollé dans la nuit à destination de la Chine.

Il doit permettre le rapatriement depuis Wuhan de 36 Algériens, en majorité des étudiants. Mais il transportera aussi – à la demande de leurs gouvernements respectifs – dix Tunisiens et des étudiants libyens, également bloqués dans cette ville chinoise.

Concernant les étudiants algériens, le ministère de la Santé a « aménagé des services » au sein de l’établissement hospitalier spécialisé (EHS) dans les maladies infectieuses à Alger.

Un staff médical spécialisé veillera au suivi de ces rapatriés, pendant une durée de quatorze jours, « période d’incubation du virus », a précisé l’agence APS.

En Tunisie, la directrice de l’Observatoire des maladies nouvelles et émergentes, Nissaf Ben Alaya, a confirmé que dix ressortissants tunisiens présents à Wuhan étaient en cours de rapatriement.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte

devices

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

je m'abonne