Banque

Goldman Sachs confirme son ancrage africain depuis Johannesburg

Fin 2015, les actifs de Goldman Sachs atteignaient environ 860 milliards de dollars.

Fin 2015, les actifs de Goldman Sachs atteignaient environ 860 milliards de dollars. © Richard Drew/AP/SIPA

La banque d’investissement américaine renforce sa position en Afrique du Sud, à contre-courant de nombre d’acteurs financiers qui ont réduit leurs effectifs ou fermé leur bureau, échaudés par un contexte économique morose, deux ans après l’arrivée au pouvoir de Cyril Ramaphosa.

Après avoir annoncé en mai dernier qu’elle s’apprêtait à élargir ses services en Afrique du Sud, Goldman Sachs passe aux actes. Lundi 20 janvier, la banque de Wall Street a fait savoir dans un bref communiqué qu’elle avait reçu l’accord du régulateur bancaire – la South African Reserve Bank – « pour opérer en tant que banque en Afrique du Sud ».

Concrètement, Goldman Sachs International Bank (GSIB), qui regroupe les activités internationales de la banque new-yorkaise au Royaume-Uni, en Allemagne, en Chine ou en Corée du Sud, disposera désormais d’une branche sud-africaine.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte