Santé

Deux Africains parmi les lauréats du prix Rolex à l’esprit d’entreprise 2014

| Par Jeune Afrique
Le jeune lauréat Arthur Zang (centre) et un médecin testent le CardioPad sur un patient à l’hôpital Mbankomo, à 25 kilomètres de Yaoundé.

Le jeune lauréat Arthur Zang (centre) et un médecin testent le CardioPad sur un patient à l'hôpital Mbankomo, à 25 kilomètres de Yaoundé. © Rolex

Rolex vient d’annoncer le nom des lauréats du prix Rolex à l’esprit d’entreprise 2014. Parmi les cinq entrepreneurs récompensés figurent deux Africains : le Rwandais Olivier Nsengimana, primé pour son programme de préservation de la grue royale, et le camerounais Arthur Zang, récompensé pour sa tablette médicale CardioPad.

Les noms des lauréats du prix Rolex à l’esprit d’entreprise 2014 viennent d’être dévoilés. Âgés de moins de trente ans ou moins, les vainqueurs ont été retenus pour leur « capacité à utiliser la technologie de manière novatrice », selon un communiqué publié le 24 juin. Sélectionnés parmi 1 800 candidats à travers le monde, les jeunes entrepreneurs qui remportent cette compétition reçoivent chacun 50 000 francs suisses (41 000 euros) pour concrétiser leur projet. Parmi les cinq lauréats de l’édition 2014 figurent deux jeunes Africains : le Camerounais Arthur Zang (26 ans) et Olivier Nsengimana (30 ans), originaire du Rwanda.

Lire aussi :

Grand prix VIE/VIA Afrique 2013 : trois lauréats à l’honneur

12 startups pour changer l’Afrique

Dix innovateurs africains à l’honneur

Tablette médicale

Le premier a été récompensé pour la tablette médicale CardioPad. Cet outil permet « aux soignants exerçant en milieu rural de transmettre les résultats d’examens cardio-vasculaires à des spécialistes en cardiologie via le réseau de téléphonie mobile », indique le communiqué du groupe suisse.

Son coût est aujourd’hui estimé à 2 000 dollars, « soit moins de la moitié du prix des solutions concurrentes ». Si les CardioPad sont actuellement réalisées en Chine, le jeune lauréat, diplômé de l’École nationale supérieure polytechnique de Yaoundé, espère en transférer la production au Cameroun, au cours de la prochaine décennie.

Gure Royale Olivier Nsengimana cRolexConservation

Le Rwandais Olivier Nsengimana a été lui primé pour son programme d’élevage et de réintroduction de la grue royale, menacée d’extinction. « Cet oiseau est symbole de richesse et de longévité au Rwanda mais, victime de son succès, il est souvent maintenu en captivité pour servir d’animal domestique », indique le site internet du prix suisse. Au point où la population de grues royales a chuté de 80 % au cours des 45 dernières années, poussant l’Union Internationale pour la conservation de la nature (UICN) à ajouter l’oiseau à sa liste d’espèces « en danger », en 2012.

Le jeune vétérinaire compte établir une base de données nationale recensant ces oiseaux en captivité et construire un centre de réadaptation afin de préparer les réintroductions dans la nature.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte