Finance

Kweku Adoboli, le « Kerviel de la City », veut se relancer dans la finance au Ghana

Mandatory Credit: Photo by Mark St George / Rex Features (1976864g)Kweku AdoboliUBS trader Kweku Adoboli trial at Southwark Crown Court, London, Britain - 20 Nov 2012Former UBS trader Kweku Adoboli, 31, arriving at Southwark Crown Court this morning where he was later jailed for seven years after being found guilty of two counts of fraud. He was cleared of four charges of false accounting. Adoboli gambled away $2.3bn dollars (GBP 1.4bn) of the UBS bank's money and was "a gamble or two away from destroying Switzerland's largest bank."/Rex_KWEKU_1976864G//1211210614

Mandatory Credit: Photo by Mark St George / Rex Features (1976864g)Kweku AdoboliUBS trader Kweku Adoboli trial at Southwark Crown Court, London, Britain - 20 Nov 2012Former UBS trader Kweku Adoboli, 31, arriving at Southwark Crown Court this morning where he was later jailed for seven years after being found guilty of two counts of fraud. He was cleared of four charges of false accounting. Adoboli gambled away $2.3bn dollars (GBP 1.4bn) of the UBS bank's money and was "a gamble or two away from destroying Switzerland's largest bank."/Rex_KWEKU_1976864G//1211210614 © Mark St George/SIPA

L’ancien trader qui avait fait perdre quelque 2,3 milliards de dollars à UBS en 2011, annonce vouloir créer un marché pour les obligations titrisées au Ghana, son pays de naissance.

Le maniement des chiffres devait encore lui brûler les doigts. Kweku Adoboli, qui avait fait la une des journaux en 2011, accusé d’avoir causé une perte frauduleuse de 2,3 milliards de dollars (1,8 milliard d’euros à l’époque) à la banque suisse UBS, et condamné à sept ans de prison ferme, n’est pas vacciné par la finance.

À 39 ans, il entend se lancer dans la titrisation d’hypothèques au Ghana, pays vers lequel il a été expulsé fin 2018, après avoir purgé sa peine de prison pour fraude au Royaume-Uni.

Il espère aujourd’hui lever 6 millions de dollars pour développer une plateforme de financement immobilier, dans un pays où la population devrait doubler au cours des 30 prochaines années, relatent nos confrères de Bloomberg.

Crédit hypothécaires

Sans donner plus de détails, notamment sur ses éventuels partenaires, Kweku Adoboli estime que la plateforme pourrait accumuler 100 millions de dollars de titres adossés à des créances hypothécaires après la première année de démarrage des opérations.

Fils de John Adoboli, un ancien fonctionnaire de l’ONU à la retraite retourné vivre à Tema, au Ghana,  le jeune trader travaillait à la City pour la première banque suisse. Il a lui-même quitté le Ghana à l’âge de quatre ans.

En 2012, il a été condamné pour avoir dissimulé des pertes en juillet et août 2011, et monté des transactions fictives pour dépasser ses limites de courtage. En raison de ce subterfuge, le financier a exposé la banque suisse à des risques s’élevant à 40 millions de dollars, alors que sa limite s’établissait à 25 millions. Au total il a misé douze milliards de dollars dans des transactions non autorisées.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte