Dossier

Cet article est issu du dossier «Angola : le déclin de l'empire dos Santos»

Voir tout le sommaire
Économie

Dos Santos et Dokolo sur la sellette : quatre questions pour comprendre les « Luanda Leaks »

Isabel dos Santos et Sindika Dokolo

Isabel dos Santos et Sindika Dokolo © AP Photo/Paulo Duarte)/SIPA

Une enquête du Consortium international des journalistes d’investigation intitulée « Luanda Leaks » expose les zones d’ombre de l’empire financier d’Isabel dos Santos, la fille de l’ancien président angolais, et de son mari, le collectionneur d’art Sindika Dokolo. Ces derniers dénoncent un règlement de comptes politique orchestré par le pouvoir angolais sur fond d’emballement médiatique.

C’est comme si le ciel leur tombait sur la tête. Jusqu’à présent, Isabel dos Santos et Sindika Dokolo, l’un des couples les plus puissants du continent, étaient habitués aux événements de la jet-set mondiale et incarnaient la réussite africaine. Depuis dimanche 19 janvier, et la publication d’une enquête du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), leur nom est associé à des accusations de détournement de fonds publics et de conflits d’intérêts, interrogeant les conditions dans lesquelles ils ont bâti leur richesse.

Fondée sur l’exploitation d’une fuite de 715 000 documents (les « Luanda Leaks », du nom de la capitale de l’Angola), l’enquête de l’ICIJ montre comment « une armée de sociétés financières occidentales, d’avocats, de comptables, de fonctionnaires et de sociétés de gestion ont aidé » Isabel dos Santos, 13e fortune africaine selon le dernier classement Forbes, et son époux Sindika Dokolo, collectionneur d’art millionnaire, « à cacher des avoirs aux autorités fiscales ».

Des accusations rejetées en bloc par le couple. « C’est une attaque politique orchestrée et programmée par le régime angolais, qui me voit comme une menace », affirme Isabel dos Santos dans une déclaration envoyée lundi 20 janvier dans la soirée par son agence portugaise de relations publiques LPM Comunicação. Ces révélations interviennent dans un contexte de fortes tensions entre les dos Santos, ancienne famille dirigeante en Angola, et le nouvel homme fort du pays, João Lourenço, engagé dans une croisade anti-corruption depuis son élection en 2017. Voici les quatre points à retenir dans cette affaire :

1 – Un empire constitué de manière frauduleuse ?

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte