Elections

Guinée-Bissau : la Cour suprême demande une « vérification » des résultats de la présidentielle

Umaro Sissoco Embaló, en campagne pour la présidentielle, le 10 novembre 2019.

Umaro Sissoco Embaló, en campagne pour la présidentielle, le 10 novembre 2019. © DR / Facebook Umaro Sissoco Embaló

La commission électorale a publié vendredi les résultats « définitifs » du scrutin et confirmé la victoire d’Umaro Sissoco Embaló. Son rival Domingos Simões Pereira estime que la décision rendue le même jour par la Cour suprême remet pourtant en cause l’issue de l’élection.

ōLa confusion règne en Guinée Bissau concernant les résultats définitifs de la présidentielle. La commission électorale et la Cour suprême campent en effet sur des positions différentes quant à la validité de la victoire du candidat Umaro Sissoco Embaló.

Après la publication vendredi après-midi des résultats du second tour du 29 décembre par la commission électorale qui les considère comme « définitifs », la Cour suprême a publié dans la soirée un arrêt demandant à l’organe électoral « un apurement [une vérification] des résultats »,  du second tour du 29 décembre.

Cet arrêt était diversement interprété par les deux camps. Celui de Umaro Sissoco Embaló estime qu’il ne remet pas en cause sa « victoire » tandis que celui du candidat du parti historique et dominant, Domingos Simoes Pereira, affirme le contraire.

Domingos Simões Pereira avait déjà estimé que c’est à la Cour de trancher la validité du scrutin du 29 décembre.

Scrutin contesté

Les résultats communiqués vendredi après-midi sur le site internet de la commission attribuent à Umaro Sissoco Embaló 53,55% des voix et 46,45% à son adversaire, Domingos Simoes Pereira, représentant du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC).

Ils confirment les résultats provisoires déjà annoncés par la commission électorale après le second tour. Mais ceux-ci sont âprement remis en question par Domingos Simões Pereira et le PAIGC, bien que les observateurs aient estimé que la présidentielle s’était déroulée régulièrement.

La commission nationale dit dans son communiqué qu’elle « considère les résultats comme définitifs » et qu’elle va les publier, y compris au journal officiel.

Vérité démocratique et électorale

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux jeudi avant la publication attendue le lendemain de la part de la commission électorale, Domingos Simões Pereira affirmait, lui, que le dernier mot n’appartenait pas à celle-ci et qu’il attendait que « la Cour suprême délivre la vérité démocratique, électorale ».

Le porte-parole de la Cour suprême, Salimo Vieira, a indiqué que la Cour examinait un recours du PAIGC. « Je ne saurais vous dire si la décision qui en découlera pourra annuler ou confirmer les résultats proclamés par la CNE », la commission électorale, a-t-il dit.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte