Politique économique

Réforme du franc CFA : comment la fracture sur l’eco a éclaté au grand jour au sein de la Cedeao

Bruno Le Maire, ministre français de l'Économie, et Romuald Wadagni, ministre béninois de l'Économie et des Finances, le 22 décembre à Abidjan.

Bruno Le Maire, ministre français de l'Économie, et Romuald Wadagni, ministre béninois de l'Économie et des Finances, le 22 décembre à Abidjan. © DR

L’annonce du remplacement du franc CFA par l’eco avait-elle vraiment reçu l’aval de l’ensemble des pays de la sous-région ? La réaction des pays anglophones, le Nigeria en tête, laisse penser le contraire. Certains pointent une intervention du président français Emmanuel Macron.

Article mis à jour le 21 janvier 2020 suite à une réaction de la BCEAO.

Il y a un mois encore, les formes étaient maintenues. « Briefés » à Abuja par le président Alassane Ouattara, le 21 décembre 2019, les chefs d’État de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) avaient « pris acte des transformations importantes en cours au niveau de la zone monétaire de l’Union monétaire ouest-africaine (Umoa) ». Ce brief avait eu lieu quelques heures avant l’annonce, à Abidjan, par le chef de l’État ivoirien et son homologue français, Emmanuel Macron, du remplacement du franc CFA par l’eco.

Deux jours plus tard, le compte-rendu officiel nigérian du tête-à-tête entre le président ivoirien et Muhammadu Buhari annonçait déjà les contours d’un profond malentendu entre Abidjan et Abuja sur les contours exacts de cette « réforme ». « Le président ivoirien s’est dit heureux d’annoncer qu’il a reçu le plein soutien du gouvernement français, sous la présidence de M. Macron, et que les États d’Afrique de l’Ouest sont libres de quitter l’union et de rejoindre l’eco : la nouvelle monnaie désignée pour la côte Ouest », affirmait la présidence nigériane.

« Rejoindre l’eco », une monnaie désignée pour « la Côte Ouest ». La nuance est passée inaperçue à l’époque, mais elle a pris tout son sens avec la publication, en fin de journée jeudi 16 janvier, d’un sévère communiqué des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales de la Zone monétaire de l’Afrique de l’Ouest (ZMAO), qui réunit les pays de la Cedeao non membres de la zone CFA, dont le Ghana, le Nigeria et la Guinée.

Une annonce prématurée ?

S’ils « félicit[ent] l’Uemoa pour sa décision de se départir du CFA », ces décideurs dénoncent la décision « unilatérale » de « renommer le franc CFA ‘eco’ d’ici à 2020 », rappelant que cette dénomination avait déjà été adoptée par l’ensemble des pays de la Cedeao comme celui « d’une monnaie unique indépendante de la [Communauté] ». Autrement dit, l’Uemoa, sous le leadership du président ivoirien, est accusée d’avoir usurpé à ses propres fins et selon son propre agenda la future monnaie commune de la Cedeao.

Les « transformations importantes » indiquées à Abuja correspondaient-elles exactement au contenu des annonces d’Abidjan ? Le doute est permis.

C’est le président Macron qui nous a imposé cet agenda. Il a tenu à parler du franc CFA à Abidjan

« Le timing arrêté à Abuja était que l’annonce intervienne en mars 2020, après l’évaluation des performances financières des huit pays par les ministres des Finances. L’idée étant que l’Uemoa adopte la monnaie unique en bloc », explique à Jeune Afrique un haut cadre de la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest. « C’est le président Macron qui nous a imposé cet agenda. Macron a tenu à parler du franc CFA à Abidjan. Il y avait déjà un mur entre les anglophones et nous (Uemoa), cette décision creuse le fossé qu’il va nous falloir gérer », déplore notre source. « Je comprends que les initiatives prises pour la mise en place de l’eco, dans les conditions que j’ai entendues, pour les pays de l’Uemoa, suscite des réactions », décrypte, pour sa part, un familier des instances de gouvernance de la zone CFA.

Pression politique

Du côté des autorités d’Abidjan, on minimise la portée du désaccord. Une source à la présidence rappelle notamment que ces décisions de politiques monétaires « appartiennent aux chefs de l’État et non aux ministres » et que « le chef de l’État ivoirien est revenu d’un sommet de la Cedeao avant de faire l’annonce ». Autrement dit : la Cedeao avait été prévenue.

Cette lecture est loin de faire l’unanimité. Une semaine après l’annonce d’Abidjan, le gouvernement du président Nana Akufo Addo avait « applaudi chaleureusement cette décision » et affirmé la volonté du Ghana de se « joindre bientôt aux États membres de l’Uemoa dans l’utilisation de l’eco », il s’était empressé de rappeler les autres exigences validées durant la rencontre d’Abuja : « l’adoption d’un régime de taux de change flexible, la mise en place d’un système fédéral pour la banque centrale de la Cedeao » ainsi que le respect des « critères de convergence connexes convenus ». Une source informée des discussions entre décideurs anglophones de la région notent que « plusieurs d’entre eux ont été pris de court » et soupçonnent Paris « d’essayer d’imposer ses conditions ».

La polémique n’est pas sur le fond, mais sur la forme

Pour une autre source impliquée dans les négociations de l’Uemoa sur le remplacement du franc CFA, un travail d’importance sur le fond a été réalisé. « Nous avons lancé une réforme de fond, très importante, sur la fermeture du compte d’opérations, sur la prise en charge de la gestion des réserves de changes, sur la gouvernance des organes de gestion… Et nous l’avons fait, par ailleurs, dans un cadre et un calendrier qui avait été convenu au sein de la Cedeao. [Dans le communiqué] personne n’est venu remettre en cause ce travail. La polémique n’est pas sur le fond, mais sur la forme ». Il ajoute : « nous avons travaillé de manière indépendante, très sérieusement, et nous n’avons à aucun moment senti la moindre pression politique ».

Querelle de leadership

« Je ne suis pas surpris qu’ils soient frustrés. Les pays anglophones réclamaient depuis un certain temps une indépendance monétaire complète dans la région, et ils comprennent que c’est loin d’être le cas », analyse Guy-Bertrand Njoya, directeur financier de MAX.ng, une plateforme électronique de transport et de logistique à Lagos. Aux dires de plusieurs observateurs, au-delà des divergences sur la calendrier et les modalités d’évolution vers la monnaie unique de la Cedeao, cette bataille de communiqués traduit aussi, profondément, une querelle de leadership entre la Côte d’Ivoire et le Nigeria, poids lourds de l’Uemoa et de la ZMOA.

« C’est la guerre de leadership au sein des instances de la Cedeao entre Buhari et Ouattara qui continue », regrette un officiel ivoirien, qui s’interroge sur une possible « fixation sur le nom », et sur le fait « que ces pays n’étaient pas présents au moment de l’annonce d’Abidjan ». Pour Guy-Bertrand Njoya, au contraire, « la dispute sur le nom est un faux-fuyant. L’intérêt du Ghana et du Nigeria est d’avoir une souveraineté monétaire pour toute la région, car cela libérera le commerce. Il faut débloquer des ressources financières en mettant en commun les risques et les capitaux, pour financer, par exemple, les routes rurales entre la Côte d’Ivoire et le Ghana – et ce genre de projet est beaucoup plus facile dans le cadre d’une monnaie commune », décrypte l’ancien de Standard Chartered Bank.

« La question se joue désormais au niveau des politiques. Nous attendons que les chefs d’État campent le décor pour gérer la suite », explique notre interlocuteur à la BCEAO. Si Abidjan s’est gardé pour le moment de réagir au communiqué des ministres des Finances de la ZMAO, du côté de l’exécutif, on assure que « le président Ouattara poursuivra les discussions avec ses homologues des zones monétaires de la Cedeao. Il n’est pas exclu des rencontres bilatérales et multilatérales en marge du sommet UK-Africa du 20 janvier à Londres ». Dont acte.


 

Réaction de la BCEAO

Le vendredi 17 janvier, le journal en ligne de Jeune Afrique affichait, dans un encadré, des propos qu’auraient éventuellement tenus un haut cadre de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest, suite aux réformes du franc CFA et en réaction au communiqué de presse émanant du comité de convergence de la Zone monétaire d’Afrique de l’Ouest (ZMAO) sur la question.
La BCEAO tient à préciser qu’elle ne se reconnaît pas dans ces commentaires et déplore que de telles affirmations aient pu lui être associées.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte