Sécurité

Bénin : Savè à nouveau le théâtre d’affrontements meurtriers

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 16 janvier 2020 à 17h53
Les motos-taxis risquent leur vie en traversant la frontière entre le Bénin et le Nigeria.

Les motos-taxis risquent leur vie en traversant la frontière entre le Bénin et le Nigeria. © Raphael Bick / Flickr

Deux civils ont été tués et six policiers blessés lors de nouveaux affrontements qui ont éclaté mercredi entre les forces de l’ordre et des habitants de Savè, ville du centre du Bénin, fief de l’ancien président Boni Yayi.

« Au cours d’interpellations, aux environs de 10h00, des individus ont ouvert le feu sur les éléments de la police blessants grièvement six agents », a déclaré Adjima Kalifa Djimila, procureur au tribunal d’Abomey  lors d’une conférence de presse. « Les forces de sécurité ont fait usage de leurs armes à feu pour se dégager de cette situation », a-t-il affirmé, plaidant la légitime défense. « À la fin des opérations, il a été dénombré deux morts et des blessés parmi les suspects », a conclu le procureur.

 Montée de violences

Des affrontements ont éclaté la semaine dernière dans cette petite commune, le fief de l’ancien chef de l’État Thomas Boni Yayi, principal adversaire du président Patrice Talon, suite à l’arrestation de l’un des meneurs présumés des manifestations post-électorales de juin dernier. La situation restait très tendue, et la circulation parfois coupée sur la route nationale qui traverse la commune.

« Nous sommes terrés chez nous. Nous n’allons même pas travailler », a confié jeudi Gratien Gandonou, un habitant de la ville. « C’est risqué de mettre le nez dehors », confirme de son côté un fonctionnaire de l’administration publique.

La commune de Savè avait déjà enregistré de violents affrontements à la suite des élections législatives contestées d’avril 2019, auxquelles les partis d’opposition n’avaient pu se présenter. La population et les forces de sécurité avaient échangé des tirs, qui ont fait deux morts parmi les civils et plusieurs dizaines de blessé parmi les forces de l’ordre.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte