Politique

Soudan : démission du chef des renseignements après la répression d’une mutinerie

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 16 janvier 2020 à 08h42
Des membres des services de sécurité soudanais tirent en l'air dans une de leur bases, dans un quartier du nord de Khartoum, le 14 janvier 2020.

Des membres des services de sécurité soudanais tirent en l'air dans une de leur bases, dans un quartier du nord de Khartoum, le 14 janvier 2020. © AFP - Ashraf Shazly

Le général Abou Bakr Moustapha, chef des renseignements soudanais, a démissionné mercredi. Une mutinerie avait éclaté la veille contre deux bases des services de sécurité près de Khartoum et provoqué la mort de cinq personnes, dont deux soldats, lors de l’assaut des forces gouvernementales.

Des tirs ont eu lieu mardi sur deux bases de la région de Khartoum hébergeant l’ex-Service national de renseignement et de sécurité soudanais (NISS), qui a joué un rôle de premier plan dans la répression du mouvement de contestation déclenché en décembre 2018 et ayant mené, en avril, à la destitution par l’armée d’Omar el-Béchir.

L’armée a indiqué que deux de ses soldats avaient été tués et des médecins proches de la contestation ont fait état de la mort de trois civils.

Mercredi, le général Abdel Fattah al-Burhane, à la tête du Conseil souverain – un organe composé de civils et militaires chargé depuis cet été d’assurer la transition post-Béchir – a annoncé la démission du chef des services de renseignements, le général Abou Bakr Moustapha.

« Nous lui avons demandé de nous donner une lettre de démission manuscrite, ce qu’il a fait. Nous sommes désormais en train de l’examiner », a expliqué le général Burhane à la télévision d’État.

Le porte-parole du gouvernement Faisal Mohamed Saleh avait fait état d’un début de « rébellion » lancée par des membres de l’ex-NISS qui rejetaient la somme qu’ils avaient reçue pour leur retraite.

Le NISS mis en cause

Mardi soir, les troupes des Forces de soutien rapide (paramilitaires, RSF) et de l’armée ont pris d’assaut les bases au milieu de tirs intenses.

« Nous avons décidé de donner l’assaut dans les bases pour mettre fin à cette rébellion (…). Nous avons repris le contrôle » de ces sites, a déclaré mercredi à des journalistes le chef d’état-major soudanais, Osmane Mohamed al-Hassan.

« Deux soldats ont perdu la vie et quatre autres, dont deux officiers, ont été blessés », a-t-il ajouté.

Trois civils, appartenant à la même famille, ont été tués par balle près d’une des bases lors de l’assaut, selon des médecins proches du mouvement de contestation.

Dans son discours à la télévision d’État, le général Burhane a indiqué que cette mutinerie a été lancée par la branche militaire du NISS qui a été créée par l’ex-chef des renseignements Salah Gosh, figure du régime de Béchir.

Les nouvelles autorités considèrent qu’une branche militaire au sein des renseignements n’est pas nécessaire, a ajouté le général Burhane, étant donné que l’objectif de ce service est de « collecter des informations et de les analyser ».

« Quarante personnes impliquées dans l’incident se sont rendues. Nous avons également établi un comité pour enquêter sur cela », a-t-il précisé.

Le chef des RSF, Mohamed Hamdan Daglo, avait également accusé Salah Gosh, d’être derrière cet acte de « rébellion ».

Salah Gosh avait démissionné deux jours après la destitution de Béchir et le lieu où il se trouve n’est pas connu.

« Protéger la transition »

Après que la mutinerie a été réprimée, le général Burhane a indiqué mercredi matin que les autorités « ne toléreront aucun coup d’État contre la révolution soudanaise ».

« Nous protégerons cette période de transition, et quiconque tente de porter atteinte à la sécurité et la stabilité des citoyens sera défait », a-t-il dit.

Au Darfour, des « membres rebelles » de l’ex-NISS ont pris brièvement le contrôle des champs de pétrole Soufiane et Hadid, a indiqué mercredi le ministre du Pétrole Adel Ibrahim, cité par la télévision nationale.

Les champs sont de nouveau sous le contrôle des forces gouvernementales et la production a repris, a-t-il ajouté.

L’aéroport de Khartoum, non loin d’une des bases de l’ex-NISS ciblées, a rouvert mercredi matin après avoir été fermé en raison des violences de la soirée.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte