Diplomatie

Barrage sur le Nil : l’Éthiopie demande à l’Afrique du Sud de faciliter un accord avec l’Égypte

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 13 janvier 2020 à 09h26
Le "Barrage du millénaire", construit en Ethiopie, doit être achevé en 2017 et produire 6 000 mégawatts d’électricité.

Le "Barrage du millénaire", construit en Ethiopie, doit être achevé en 2017 et produire 6 000 mégawatts d’électricité. © Elias Asmare/AP/SIPA

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a demandé au président sud-africain Cyril Ramaphosa d’intervenir pour apaiser le différend avec l’Egypte au sujet d’un important barrage hydraulique que l’Ethiopie construit sur le Nil Bleu.

Long de 1,8 km et haut de 145 m, le Grand barrage de la renaissance (GERD) doit devenir le plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique mais sa construction, entamée en 2011, inquiète l’Egypte, située en aval, qui dépend du fleuve pour plus de 90 % de son approvisionnement en eau.

L’Ethiopie, l’Égypte et le Soudan – pays où le Nil Bleu converge avec le Nil Blanc avant de poursuivre sa route en Egypte, ont entamé des discussions en novembre mais, jeudi, ces discussions n’avaient toujours pas abouties.

Aussi, Abiy Ahmed, en visite en Afrique du Sud ce week-end, a demandé à Ramaphosa d’intervenir dans les négociations en tant que prochain président, en janvier, de l’Union africaine (UA).

« Comme il (Ramaphosa) est un bon ami de l’Ethiopie et de l’Egypte et aussi le prochain président de l’UA, il peut organiser des discussions entre les deux parties pour résoudre la question de manière pacifique », a expliqué Abiy au cours d’une conférence de presse à Pretoria.

Cyril Ramaphosa a déclaré qu’il était disposé à jouer un role de facilitateur, d’autant que « les deux parties veulent en parler et trouver des solutions ». Il a précisé qu’il s’en était déjà entretenu avec son homologue égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, lequel veut « avoir des discussions avec l’Ethiopie ».

Neuf années de discussions n’ont jusque-là abouti à aucun accord. A l’issue d’une réunion à Washington en novembre, les trois pays s’étaient donné jusqu’au 15 janvier pour trouver un accord mais les dernières discussions tripartites, achevées jeudi à Addis Abeba, ont une nouvelle fois achoppé sur une des questions les plus épineuses: la vitesse de remplissage du réservoir.

L’Égypte craint qu’un remplissage trop rapide du réservoir de 74 milliards de m3 d’eau n’entraîne une réduction trop importante du débit du Nil, et n’affecte des millions d?Égyptiens.

Le Nil fournit 97% des besoins en eau de l’Égypte et ses rives abritent 95% des quelque 100 millions d’habitants du pays, selon les Nations unies.

En octobre, le Premier ministre éthiopien, juste après avoir obtenu le prix Nobel de la paix 2019, avait assuré qu’ »aucune force » ne pouvait empêcher la construction du barrage, et averti que des « millions » de personnes pouvaient être mobilisées pour le défendre si besoin était.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte