Économie

Le rappeur Akon va investir dans un projet écotouristique au Sénégal

Le rappeur Akon a décidé d’investir dans l’écotourisme sur la côte Atlantique au Sénégal, le pays d’origine de sa famille, ont indiqué jeudi des responsables du gouvernement et du secteur.

Par
Mis à jour le 10 janvier 2020 à 09:08

Le ministre sénégalais du Tourisme Alioun Sarr accueillant Akon à l’aéroport © Alioun Sarr, ministre du Tourisme et des transports aériens du Sénégal

Connu pour ses tubes R&B « Locked Up » ou « Smack That », le chanteur et producteur américano-sénégalais de 46 ans a signé mardi au Sénégal un accord avec la société publique Sapco (Société d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal).

« Au-delà de son statut d’artiste, c’est Akon, l’investisseur qui a foi en l’Afrique, qui est reçu », a dit le ministère du Tourisme dans un communiqué publié à l’occasion de cette signature.

Les contours du projet final restent à préciser. Le secrétaire général de la Sapco, Alioune Ndiaye, a indiqué jeudi à l’AFP que le document signé était un protocole d’accord et que le montant de l’investissement n’était pas encore arrêté.

À Lire Au Sénégal, l’écotourisme de luxe se déploie

Akon entend ériger un complexe dans le village de Mbodiène, au sud de Dakar, a-t-il dit sans plus de précision. Un porte-parole du ministère du Tourisme a parlé quant à lui de projet de village de tourisme durable.

Une partie de la presse sénégalaise va jusqu’à anticiper la construction d’une ville « durable » et « futuriste », véritable « Akon City », sur des dizaines d’hectares. Le rappeur, Alioune Badara Thiam de son vrai nom, est né aux États-Unis de parents sénégalais et a passé une partie de son enfance au Sénégal avant de retourner à l’âge de sept ans aux États-Unis, où il a accédé plus tard à la notoriété.

Akon a également pris part à un projet d’électrification au Mali avec la société Solektra en 2016, et il avait lancé l’idée d’une cryptomonnaie, le akoin, destinée à « aider le continent africain ».