Immigration

Escalade militaire en Libye : la Tunisie se prépare à un nouvel afflux de réfugiés

Des femmes libyennes traversent la frontière avec la Tunisie, en juillet 2014.

Des femmes libyennes traversent la frontière avec la Tunisie, en juillet 2014. © Ali Manssour/AP/SIPA

La Tunisie se prépare à subir les conséquences d’une détérioration de la situation chez son voisin libyen. Le gouvernement a mis en place, conjointement avec des organisations nationales et internationales, un plan d’urgence en cas d’afflux à ses frontières de personnes fuyant les combats. Le point sur les scénarios prévus.

L’enlisement du conflit libyen préoccupe de manière aiguë la Tunisie depuis l’offensive du maréchal Haftar en avril 2019. Le risque d’escalade que pourrait provoquer l’envoi de troupes turques en Libye fait craindre un nouvel afflux de migrants à ses portes. Malgré les récentes déclarations de bonne volonté de la présidence tunisienne, les solutions semblent encore lointaines, d’autant plus que les contours de l’ « initiative de Tunis pour la paix » lancée par Kaïs Saïed restent flous.

Face à la guerre par procuration entre puissance internationales en cours, des députés tunisiens s’inquiètent même d’une prise de parti de leur pays dans l’une des coalitions de belligérants internationaux, après la visite de Recep Tayyip Erdogan à Tunis fin décembre, ce que Carthage a fermement démenti.

Un plan d’urgence pour l’accueil de migrants

Outre leur tentative de médiation, les autorités tunisiennes ont mis en place un plan d’urgence d’accueil et de protection des migrants en cas d’arrivée importante de personnes fuyant les combats. Le pays avait déjà accueilli près d’un million de personnes au début de la guerre de 2011.

Depuis le démantèlement du camps de Choucha, évacué en juin 2017, les migrants, dont le transit s’éternise, sont hébergés en ville à Médenine ou La Marsa. Mais la gestion du phénomène migratoire a parfois manqué de fluidité dans une région sud qui peine encore, par exemple, à prendre en charge les dépouilles mortelles de clandestins décédés en mer.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte