Conso & Distribution

Les bénéfices des Brasseries du Cameroun poursuivent leur chute

Le groupe Brasseries du Cameroun est une filiale de Castel. © Nicolas Eyidi/J.A.

Le résultat net de Brasseries du Cameroun, la filiale du groupe Castel, connaît une baisse cumulée de 18,2 milliards de F CFA (environ 27,7 millions d'euros) sur les deux derniers exercices. Le chiffre d'affaires par contre progresse en 2013, en dépit d'une concurrence agressive et d'un recul des parts de marché.

La chute du bénéfice de la Société anonyme des brasseries du Cameroun (SABC) se poursuit. De 45,2 milliards de F CFA (environ 68,7 millions d’euros) en 2011, le résultat net s’est établi à 26,9 milliards de F CFA en 2013 (41 millions d’euros), soit une baisse cumulée de 18,2 milliards de F CFA (27,7 millions d’euros) sur les deux derniers exercices. L’action de l’entreprise camerounaise, cotée à la Bourse de Paris, n’a pas fondamentalement été affectée par ce résultat, puisque son cours moyen s’est maintenu autour de 850 euros sur la période.

Lire aussi :

Les Brasseries du Cameroun changent de tête
Cameroun : bras de fer chez les brasseurs
Pernod Ricard déploie son offensive africaine

Progression

La filiale du groupe Castel garde la forme, grâce à une trésorerie qui est repassée au vert, à 4,5 milliards de F CFA (6,8 millions d’euros). Le chiffre d’affaires progresse de 2,4 % par rapport à 2012, pour atteindre 329,1 milliards de F CFA. « Cette hausse est due essentiellement à la progression, bien que contrastée en fonction des produits, des volumes vendus », relève le rapport de gestion du conseil d’administration, validé le 11 juin. Le leader camerounais des industries brassicoles a d’ailleurs décidé de distribuer plus de 25 milliards de F CFA de dividendes au terme de l’année écoulée.

En dehors des alcools mix dont la performance (+ 90 %) par rapport à l’exercice précédent est robuste, la progression dans les autres segments tels que les bières (1,1 %), les boissons gazeuses (3,6 %), les eaux (5,2 %), reste modeste. En cause, « une morosité du marché global d’une part, et une forte agressivité de la concurrence d’autre part », explique le rapport.

Concurrence

L’intensité de la compétition entre les acteurs du secteur brassicole a eu des effets sur le plan commercial. « Nous avons connu une baisse des parts de marché de SABC », reconnait la filiale du groupe Castel. L’écart le plus significatif s’observe sur le marché des boissons gazeuses où l’entreprise perd près de 16 points, au profit essentiellement de son concurrent Source du Pays.

Cette vive concurrence se manifeste par une pression excessive sur les prix, des campagnes de promotion systématiques, la mise sur le marché de nouveaux produits, sans compter la « bataille médiatique ». Ce contexte n’empêche pas le groupe les Brasseries du Cameroun d’être optimiste en 2014, en projetant des ventes globales à la hausse. À fin avril, elles étaient déjà supérieures aux prévisions.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte