Politique

Liberia : des milliers de personnes manifestent contre George Weah à Monrovia

George Weah à Paris, le 22 février 2018

George Weah à Paris, le 22 février 2018 © Vincent Fournier pour Jeune Afrique

Autorisée in extremis par le gouvernement, la manifestation contre l’aggravation de la crise économique a réuni environ 3 000 Libériens lundi dans la capitale, à l’approche du deuxième anniversaire de la présidence de George Weah.

Le gouvernement avait indiqué fin décembre qu’il n’autoriserait pas de manifestation avant fin janvier. Le collectif instigateur de la protestation, soutenu par l’opposition, s’était dit résolu à braver l’interdiction.

Soumis aux pressions internationales, le gouvernement libérien  a fini par autoriser la manifestation dimanche soir, selon la porte-parole du ministère de la Justice Maude Somah.

Des magasins ont fermé par crainte de violences et les policiers ont dévié la circulation du centre ville. Mais c’est dans le calme que les manifestants se sont rassemblés auprès du siège du parlement, déployant des banderoles proclamant « Marchons pour la justice ».

Manifestation pacifique

Henry Costa, populaire animateur de radio et farouche détracteur de George Weah, a insisté sur le caractère pacifique de la protestation, alors que le gouvernement avait invoqué le risque de dérapage pour justifier de ne pas autoriser la manifestation.

« Je suis dans la rue en ce moment même. Il n’y a pas d’armes, aucun policier ne court après personne », a écrit sur les réseaux sociaux Henry Costa, leader du Conseil des patriotes, qui appelait à manifester.

Ce collectif d’associations de la société civile, réunissant une partie de la jeunesse qui a porté George Weah au pouvoir en janvier 2018, avait déjà fait descendre pacifiquement dans la rue en juin 2019 des milliers de déçus du footballeur devenu président.

Une nouvelle manifestation fin juillet 2019 avait donné lieu à des heurts.

À moins de trois semaines du deuxième anniversaire de sa présidence, George Weah, ancienne star du PSG et du Milan AC, peine à tenir les promesses de résorption de la pauvreté et de lutte contre la corruption qui ont contribué à son élection, alors que son pays se débat avec l’inflation et la dévaluation de sa monnaie.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte