Politique

Libye : le maréchal Haftar appelle à la mobilisation contre une intervention militaire turque

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 04 janvier 2020 à 16h42
Le maréchal Khalifa Haftar à Al Marj, au nord-est de Benghazi, en Libye, le 22 mars 2017.

Le maréchal Khalifa Haftar à Al Marj, au nord-est de Benghazi, en Libye, le 22 mars 2017. © Mohammed El-Sheikhy/AP/SIPA

Le maréchal Khalifa Haftar, qui tente depuis le 4 avril de s’emparer de la capitale libyenne, a annoncé vendredi soir la « mobilisation générale » et le « jihad » contre une éventuelle intervention militaire turque en Libye en soutien au gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli.

« Nous acceptons le défi et déclarons le jihad et la mobilisation générale », a déclaré l’homme fort de l’est libyen, dans un discours retransmis par la télévision al-Hadath acquise à sa cause.

En uniforme militaire, le maréchal Haftar a exhorté « tous les Libyens » à porter les armes, « hommes et femmes, militaires et civils, pour défendre notre terre et notre honneur ». « Resserrons nos rangs et laissons de côté nos divergences », a-t-il lancé.

Motion des députés turcs

« L’ennemi regroupe ses forces pour envahir la Libye et asservir notre peuple » et a trouvé « parmi les traîtres ceux qui ont signé avec lui un accord de soumission, d’humiliation et de honte », a-t-il dit, en référence à un accord militaire signé fin novembre entre Ankara et le GNA.

Les députés turcs ont approuvé jeudi une motion permettant au président Recep Tayyip Erdogan d’envoyer des militaires en Libye pour soutenir le GNA, dont les troupes combattent les forces de l’homme fort de l’est libyen, le maréchal Khalifa Haftar qui tente de conquérir Tripoli.

Depuis avril, les forces pro-GNA maintiennent leurs positions au sud de la capitale, où se concentrent les combats.

« Colonisateur »

Il ne s’agit plus « de libérer Tripoli » des milices qui la contrôlent, selon le maréchal Haftar, mais désormais de « faire face à un colonisateur » qui veut « reprendre le contrôle de la Libye », ancienne province de l’empire ottoman.

S’adressant au peuple turc « ami », il a appelé à un soulèvement contre le président turc Recep Tayyip Erdogan, qu’il a qualifié d’ »aventurier insensé », poussant son armée « à la mort » et attisant le feu de la discorde entre les musulmans et les peuples de la région « pour satisfaire ses caprices ».

L’Union africaine inquiète

Le chef de l’Union Africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, s’est dit vendredi inquiet d’une potentielle « interférence » en Libye après la décision de la Turquie de déployer des troupes dans ce pays plongé dans le chaos.

« Les différentes menaces d’interférence politique ou militaire dans les affaires internes du pays augmentent le risque de confrontation, avec des motivations qui n’ont rien à voir avec les intérêts fondamentaux du peuple libyen et ses aspirations à la liberté, la paix, la démocratie et le développement », selon son communiqué.

Le chef de l’UA a également demandé à la communauté internationale de se joindre à l’Afrique dans la recherche d’un règlement pacifique de la crise en Libye, mettant en garde sur ses « conséquences dangereuses » pour l’ensemble du continent.

Plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est en proie à des luttes d’influence et deux autorités se disputent aujourd’hui le pouvoir: le GNA soutenu par l’ONU et un gouvernement et un Parlement dans l’est libyen acquis au maréchal Haftar.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte