Politique

Tunisie : Ennahdha se taille la part du lion dans le nouveau gouvernement

Le président Kaïs Saïed (à droite) recevant le Premier ministre Habib Jemli, le 15 novembre à Tunis (image d'illustration).

Le président Kaïs Saïed (à droite) recevant le Premier ministre Habib Jemli, le 15 novembre à Tunis (image d'illustration). © Slim Abid/AP/SIPA

Le chef du gouvernement Habib Jemli a annoncé le 2 janvier la composition de son équipe, mettant fin à un suspense de plusieurs semaines. Contrairement à ce qu’il avait annoncé fin décembre, les membres de son exécutif ne sont pas tous des technocrates indépendants.

Quarante-deux jours après avoir été chargé de former le gouvernement, Habib Jemli a rendu sa copie au président de la République, Kaïs Saied. Il lui reste à obtenir l’aval de l’Assemblée pour que son équipe devienne opérationnelle. Le nouveau chef du gouvernement met ainsi fin à des semaines de palabres, de rebondissements et de négociations avec les partis qui l’avaient conduit à annoncer, le 24 décembre, qu’il constituerait un exécutif de compétences non partisanes. Une manœuvre difficile, voire impossible.

Désigné par Ennahdha, parti majoritaire à l’Assemblée avec seulement 52 sièges, Habib Jemli pouvait difficilement faire cavalier seul et ne pas prendre en compte les conditions imposées par la formation menée par Rached Ghannouchi, notamment sur l’attribution des ministères de souveraineté. Mais il a surtout été confronté aux rivalités partisanes et aux exigences des partis qui, en échange de leur soutien au gouvernement, exigeaient certains portefeuilles mais l’exclusion de leur rivaux. De quoi rendre complexe un accord pour un gouvernement tant il a été difficile de parvenir à un équilibre sur fond de paysage parlementaire morcelé.

Certains partis, dont le Courant démocratique et El Chaab, poussaient à constituer « un gouvernement du président », soit un exécutif de soutien à Kaïs Saied. D’autres formations voulaient pour leur part qu’Ennahdha, impliquée dans le pouvoir depuis 2012, gouverne seule afin qu’elle endosse ses responsabilités. Des souhaits non convergents et souvent incompatibles avec les priorités d’un pays qui périclite avec un conflit à ses frontières.

Dissensions au sein du gouvernement

Le nouveau gouvernement, composé de 42 portefeuilles, dont 14 secrétaires d’État, illustre ces multiples dissensions. Malgré toutes les affirmations de Habib Jemli, les ministres ne sont pas tous des indépendants.

Comme attendu, Ennahdha s’accapare pour des ministères de l’Intérieur et de la Justice. Le premier échoit au porte-parole Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, Sofiene Selliti. Proche des islamistes, cet ancien premier substitut du procureur de la République a souvent été confronté aux avocats du collectif de défense de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. Le second est obtenu par le magistrat Hédi Ghediri, ancien premier président de la Cour de cassation. Quant à Abdellatif Missaoui, juge et ancien gouverneur de Ben Arous, il aura la charge des domaines de l’État.

Après avoir écarté le Courant démocratique et El Chaab, Ennahdha trouve un soutien auprès de Qalb Tounes. Sans être encarté, Fadhel Abdelkefi, qui retrouve le ministère du Développement et de la Coopération internationale, est l’un des atouts du parti de Nabil Karoui.

Après concertation avec le président de la République, conformément à la Constitution, le diplomate de carrière Khaled Shili prend en charge les Affaires étrangères, tandis que la Défense revient à Imed Dérouiche.

Seulement quatre femmes ministres

Contrairement à ce qu’il avait avancé, Habib Jemli n’a pas octroyé à des pointures connues venues de l’étranger ni 40 % des postes à des femmes. Loin s’en faut, elles ne sont que quatre ministres et six secrétaires d’État. Une déception pour ceux qui avaient espérer que ce gouvernement tant attendu impulse une dynamique nouvelle. Mais le choix de Habib Jemli a été surtout dicté par sa volonté de mettre en place une gouvernance différente plutôt que de s’attaquer à une refonte du gouvernement organisé autour de pôles d’activité. Cette liste tant attendue sera soumise au vote de confiance de l’Assemblée : un test qui en dira long sur l’audience de Habib Jemli.


Composition du gouvernement de Habib Jemli

Ministre de la Justice : Hédi Guediri

Ministre de la Défense : Imed Dérouiche

Ministre de l’Intérieur : Sofien Selliti

Ministre des Affaires étrangères : Khaled Shili

Ministre des Affaires religieuses : Rachid Tabbakh

Ministre des Finances : Abderrahmane Khachtali

Ministre du Développement et de la Coopération : Fadhel Abdelkefi

Ministre de l’Industrie et de l’Energie : Mongi Marzouk

Ministre du Commerce : Béchir Zaâfouri

Ministre de l’Environnement : Noureddine Selmi

Ministre de l’Education : Kamel Hajjem

Ministre de l’Enseignement supérieur : Slim Chouri

Ministre de l’Agriculture : Hassan Chourabi

Ministre de l’Equipement : Raoudha Jabbari Arbi

Ministre de la Santé : Mustapha Ferjani

Ministre des Affaires sociales : Saïed Blel

Ministre du Tourisme : René Trabelsi

Ministre de la Formation professionnelle et de l’Emploi : Hassine Ben Saïed Debbech

Ministre des Technologies : Sami Samoui

Ministre du Transport : Jamel Gamra

Ministre des Domaines de l’Etat : Abdellatif Missaoui

Ministre de la Culture : Fathi Haddaoui

Ministre des Sports : Tarak Dhieb

Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance : Nabiha Bessrour

Ministre de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption : Chiraz Tlili

Ministre chargé des Affaires économiques : Ali Chebbi

Ministre chargé de l’évaluation du rendement du gouvernement : Hédi Bchir

Ministre chargé des relations avec le parlement : Lobna Jribi

Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères chargé de la diplomatie économique et des Tunisiens à l’étranger : Sana Skhiri

Secrétaire d’État auprès du ministre des Finances : Abdessalem Abbassi

Secrétaire d’État auprès du ministre de la Coopération chargé du développement et de la coopération internationale : Noureddine Kaâbi

Secrétaire d’État auprès du ministre du Commerce chargé du commerce intérieur : Faten Belhédi

Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Industrie chargé des PME : Abdelmajid Ben Amara

Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Industrie chargé des énergies renouvelables : Mohamed Ammar

Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Environnement : Riadh Dabbou

Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Agriculture : Mohamed Ali Ben Abdallah

Secrétaire d’État auprès du ministre de la Santé : Maha Aissaoui

Secrétaire d’État des Affaires sociales : Mohamed Chiha

Secrétaire d’État auprès du ministre des Sports chargé de la jeunesse : Fathi Bayyar

Secrétaire d’État auprès du ministre chargé des sports : Sihem Ayadi

Secrétaire d’État auprès du ministre du Tourisme chargé de l’artisanat : Najet Nefzi

Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Enseignement supérieur : Kaouther Saïed

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte