Télécoms

Les dessous du bras de fer entre Sonatel et les ex-PCCI au Sénégal

Le siège de Sonatel à Dakar.

Le siège de Sonatel à Dakar. © Clément Tardif/Jeune Afrique/2017

Fin décembre 2019, l’opérateur Orange-Sonatel a été condamné par la justice sénégalaise à payer 404,5 millions de francs CFA pour un litige l’opposant aux salariés de la société PCCI, spécialisée dans la relation client et prestataire de l’opérateur.

L’opérateur Orange-Sonatel a fait appel, le 30 janvier, d’une condamnation formulée fin décembre par le tribunal de grande instance (TGI) hors classe de Dakar l’intimant de payer une amende de 404,5 millions de francs CFA, soit plus de 615 000 euros, dans une affaire d’arriérés de salaires l’opposant à 145 salariés de la société de relation client, Premium contact center international (PCCI).

Dans un document, que Jeune Afrique a pu consulter, l’opérateur sénégalais se dit « totalement étranger » au contentieux et déroule son argumentaire.

L’affaire remonte à la fin de l’année 2017, quand PCCI – créée en 2001 avec le soutien des hommes d’affaires Yérim Sow, Abdallah Sarré et Abdoulaye Mboup -, connaît des difficultés financières à la suite d’un développement international trop ambitieux.

14 mois sans salaires

L’entreprise – dont les clients sont, entre autres, Orange, Canal + et MTN -, et qui revendique quelque 5 000 employés à travers l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, n’est alors pas en mesure de régler les salaires de ses 1 800 collaborateurs sénégalais. La situation dure 14 mois et pousse un groupe de collaborateurs de PCCI à se retourner contre leur employeur, puis ses principaux partenaires, Orange et le groupe bancaire Ecobank. Leur but : bloquer les sommes dues par l’opérateur et la banque à PCCI en attendant la fin du contentieux.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première
  • + de formats (site web, 2 applis, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte