Sécurité

Cameroun : un pétrolier grec attaqué dans le port de Limbé, huit marins enlevés

Les embarcations légères du port de Limbé, au Cameroun

Les embarcations légères du port de Limbé, au Cameroun © Claudine Paul Jouët (CC)

Huit marins ont été enlevés mardi matin au Cameroun dans l’attaque d’un pétrolier grec par des « individus armés » qui ont pris d’assaut le bateau ancré au port de Limbé, a déclaré le ministère grec de la Marine marchande dans un communiqué.

Pendant l’attaque du « Happy Lady », un membre grec de l’équipage comptant 28 marins a été blessé à la cheville par le ricochet d’une balle. Il a été transféré à un hôpital local, selon le bureau de presse de la police portuaire grecque, qui suit les affaires concernant les bateaux grecs.

Parmi les huit marins enlevés figurent cinq Grecs, dont le capitaine, deux Philippins et un Ukrainien. « Le ministre de la Marine marchande, Yannis Plakiotakis, a été informé et suit l’affaire de près avec le ministère grec des Affaires étrangères et la société de gestion du pétrolier », a souligné le communiqué. L’armateur est la société « Eastern Mediterranean Athens », qui a son siège dans la capitale grecque, selon la police portuaire.

Les attaques de bateaux et les enlèvements pour rançon sont relativement fréquents dans le golfe de Guinée, une zone considérée comme le nouvel épicentre de la piraterie maritime mondiale, le long de la côte ouest de l’Afrique.

Rançons et pillage

Les pirates détournent parfois les navires pendant plusieurs jours, le temps de piller les soutes et demandent d’importantes rançons avant de libérer l’équipage. En novembre dernier, un groupe armé avait pris d’assaut un autre pétrolier grec, l’Elka Aristote, à une dizaine de milles marins au large des côtes de la capitale du Togo, Lomé, et capturé quatre marins.

Trois d’entre eux avaient été relâchés le 13 décembre mais le quatrième est mort en captivité. Une enquête est toujours en cours, mais « il semble que son décès ne soit pas dû à des actions des preneurs d’otages mais à une maladie », avait indiqué alors un communiqué de l’armateur du pétrolier.

Le golfe de Guinée, qui s’étend sur quelque 6 000 kilomètres de côtes, de l’Angola jusqu’au sud du Sénégal, est devenu ces dernières années l’une des régions maritimes les plus dangereuses au monde, loin devant les côtes somaliennes du golfe d’Aden.

Pour les neuf premiers mois de l’année 2019, le Bureau international maritime, instance internationale de sécurité en mer, y a recensé 82 % des enlèvements d’équipages dans le monde.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte