Politique économique

Soudan : la santé et l’éducation privilégiées par le gouvernement de transition pour le budget 2020

Des Soudanais célébrant le premier anniversaire de la contestation à Khartoum.

Des Soudanais célébrant le premier anniversaire de la contestation à Khartoum. © AP/SIPA/2019

Le projet de budget 2020 du Soudan a été approuvé le 29 décembre par le gouvernement de transition. Malgré un déficit prévu de 3,5 %, il prévoit une hausse des dépenses dans la santé et l’éducation.

Le gouvernement de transition soudanais a annoncé dimanche soir l’approbation du projet de budget pour 2020 qui prévoit un déficit de 3,5 % du produit intérieur brut (PIB), soit 1,4 milliard d’euros pour ce pays plongé dans une grave crise économique et l’incertitude politique.

Premier budget depuis la chute d’Omar el-Béchir

Ce budget d’environ 11,3 milliards de dollars est le premier approuvé par les autorités de transition mises en place à la suite de négociations entre l’armée et les représentants d’un mouvement de contestation inédit qui a chassé Omar el-Béchir du pouvoir en avril.

Qualifié de « budget de paix » par le ministre des Finances, Ibrahim El Badawi, l’enveloppe prévoit notamment une augmentation des dépenses pour les soins de santé et l’éducation ainsi qu’une baisse concernant la défense.

Inflation et sanctions américaines

Le gouvernement est actuellement en quête du rétablissement de la paix avec les rebelles combattant Khartoum, condition clé pour le retrait du pays de la liste américaine des financeurs du terrorisme.

Cette décision empêche le Soudan de faire appel à l’aide du Fonds monétaire international (FMI) ainsi qu’à la Banque mondiale.

Résultat, l’inflation a grimpé en flèche ces dernières années, tirée par la hausse des prix des aliments et des boissons et aggravée par un marché noir du dollar américain.

La décision de l’État de tripler le prix du pain en décembre 2018 avait suscité des manifestations à travers le pays, qui se sont vite transformées en contestation du régime, précédant la chute d’Omar el-Béchir.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte