Politique

Mali : ATT de retour à Mopti, sa ville natale, promet de s’investir pour la paix

Amadou Toumani Touré lors de son premier retour à Bamako, le 24 décembre 2017.

Amadou Toumani Touré lors de son premier retour à Bamako, le 24 décembre 2017. © Michele Cattani/AFP

Quelques semaines après son retour au Mali, l’ex-président Amadou Toumani Touré, renversé en 2012, s’est rendu dans sa ville natale de Mopti où il s’est dit disposé à « s’investir » pour la paix et la sécurité dans cette région.

Amadou Toumani Touré, dit « ATT », s’exprimait aux côtés du Premier ministre Boubou Cissé à l’occasion de la célébration du 100e anniversaire de la création de sa ville natale de Mopti, au cœur de la région centrale du pays où les attaques jihadistes et les conflits entre communautés ont fait des milliers de morts.

« Je suis avant tout un soldat »

« Je m’investirai, je ferai tout ce qui est possible (en me basant) sur l’expérience que j’ai acquise, parce que je suis avant tout un soldat », a dit l’ex-président, âgé de 71 ans, accueilli par une foule d’habitants de Mopti enthousiastes.

« Pour la paix la sécurité, la cohésion sociale et le vivre ensemble, je ferai tout pour Mopti, mais je ne le ferai pas seul, nous le ferons ensemble », a-t-il ajouté, sans plus de détails sur la manière dont il comptait agir.

Mopti, point d’entrée du pays Dogon, l’une des régions les plus touristiques du pays avant la guerre déclenchée en 2012 par les jihadistes, « a connu ces dernières années une situation difficile liée à l’insécurité et aux conflits intercommunautaires », a souligné le maire de l’agglomération, Issa Kansaye.

« Votre personnalité est l’incarnation de la paix, la sécurité la cohésion sociale et le développement. La population de Mopti en particulier vous dit qu’elle a plus que jamais besoin de vous, qu’elle (vous confiera) la mission d’apaiser les tensions afin de permettre le retour définitif de la paix, de la cohésion sociale et du vivre ensemble entre les différentes communautés », a-t-il ajouté en s’adressant à l’ancien président.

Le Premier ministre a pour sa part promis la mise en oeuvre d’un programme d’un projet de construction d’infrastructures routières pour la région, quelques mois après des manifestations dans plusieurs ville du pays pour protester contre le mauvais état des routes.

Au retour d’ATT au Mali, certains de ses proches ont affirmé qu’il ne fera plus de politique, tandis que d’autres ont assuré qu’il ne resterait pas les bras croisés face à la dégradation de la situation sécuritaire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte