Politique

Le Soudan et des rebelles adoptent une feuille de route pour la paix au Darfour

Les Casques bleus de la MINUAD ont rencontré des chefs communautaires dans le camp de Zam Zam pour les personnes déplacées près d'El Fasher, au nord du Darfour.

Les Casques bleus de la MINUAD ont rencontré des chefs communautaires dans le camp de Zam Zam pour les personnes déplacées près d'El Fasher, au nord du Darfour. © MINUAD / Mohamad Almahady

Le gouvernement soudanais et neuf groupes rebelles ont adopté samedi une feuille de route pour mettre fin au sanglant conflit qui déchire la région du Darfour depuis seize ans.

« Nous pensons que c’est une étape importante », a déclaré Ahmed Mohamed, le négociateur en chef sur les questions du Darfour du Front révolutionnaire soudanais (SRF), une coalition de neuf groupes rebelles engagés dans des pourparlers avec le gouvernement soudanais. « Cette étape aidera sans aucun doute à atteindre une paix durable au Darfour et permettra également au processus de transition au Soudan de se dérouler sans heurts et sans entraves », a-t-il précisé.

L’accord entre le gouvernement soudanais et les groupes rebelles souligne les différentes questions que les parties devront négocier lors du dernier cycle de pourparlers à Juba, au Soudan du Sud.

Retour des réfugiés et déplacés

Parmi les questions qu’ils ont convenu d’aborder figurent les causes profondes du conflit, le retour des réfugiés et des personnes déplacées, le partage du pouvoir et l’intégration des forces rebelles dans l’armée nationale. L’accord stipule également que le gouvernement soudanais traitera des questions foncières, comme la destruction des biens pendant le conflit.

Khartoum négocie depuis deux semaines avec différents groupes rebelles dans la capitale du Sud-Soudan dans le cadre de la dernière série d’efforts visant à mettre fin aux conflits dans les régions du Darfour, dans l’Ouest du Soudan, du Nil Bleu et du Kordofan méridional.

Les rebelles de ces zones ont mené des campagnes sanglantes contre leur marginalisation par Khartoum sous le régime du président évincé Omar el-Béchir. Mais le gouvernement de transition du Soudan, dirigé par le Premier ministre Abdalla Hamdok, a fait de la paix dans ces régions une priorité, faisant naître un espoir de paix.

Accord final d’ici février

« Nous n’avons pas réussi à obtenir une paix durable pour le Darfour simplement parce que le gouvernement précédent n’était pas prêt à prendre des décisions stratégiques pour résoudre le conflit », a déclaré Ahmed Mohamed, qui a participé aux précédents pourparlers.

Le général Samsedine Kabashi, le plus haut représentant du gouvernement soudanais aux pourparlers, a lui aussi assuré que les nouvelles autorités voulaient la paix. « Nous sommes déterminés à mettre fin à tous les problèmes au Darfour et à faire en sorte de rétablir la paix et la stabilité non seulement au Darfour mais dans toutes les régions du pays ».

Le processus de paix a commencé en août et les médiateurs visent un accord final d’ici février prochain.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte