Archives

Alliance Tunisie-Libye dans l’hôtellerie de luxe

Laico, bras financier libyen en Afrique, et le groupe Tunisian Travel Service (TTS) fondent une chaîne hôtelière. Dotée de 32 établissements dans 17 pays africains, celle-ci veut se déployer sur la rive sud de la Méditerranée.

Une chaîne hôtelière à vocation africaine est née le 1er janvier 2008. Il s’agit de Laico Hotels & Resorts, fruit d’un partenariat entre la Libyan African Investment Company (Laico) et Tunisian Travel Service (TTS). La première est le bras financier de la Libye en Afrique. La seconde est le premier groupe touristique tunisien, choisi comme partenaire en raison de son expertise dans le domaine. Le siège de Laico Hotels & Resorts est à Tunis. Son conseil d’administration comprend trois représentants de Laico, qui détient 51 % du capital, et deux de TTS, qui en possède 49 %. Le président du conseil d’administration est Aziz Miled, le PDG de TTS, et le directeur général de l’entreprise Mohamed Abdallah Agili, un Libyen.
Laico n’arrive pas les mains vides. Elle possède et gère déjà six hôtels dans autant de pays du continent. Depuis janvier, certains de ses établissements hôteliers ont changé de nom. Le Méridien Maya Maya de Brazzaville s’appelle le Laico Maya Maya. Le Kempinski Al Farouk de Bamako est devenu Laico El Farouk, et l’Intercontinental Okoumé Palace de Libreville porte l’enseigne Laico Okoumé Palace. Mais Laico Hotels & Resorts veut également élever le standing de ses établissements pour en faire des hôtels 5 étoiles. Si les établissements situés en Ouganda, en Guinée-Bissau et au Togo seront remis à niveau, le Laico Maya Maya sera, lui, totalement rénové. Quant au Laico El Farouk de Bamako, il bénéficiera d’une extension qui coûtera 2 millions de dollars, pour rivaliser avec l’hôtel de l’Amitié, fleuron de l’hôtellerie de la capitale malienne et lui aussi propriété du partenaire libyen.
En parallèle, la nouvelle chaîne devrait acquérir cinq hôtels en Tunisie d’ici à la fin de l’année. « Nous espérons boucler le dossier très prochainement », explique le directeur général de Laico Hotels & Resorts. D’autres investissements devraient également avoir lieu plus tard. La Laico est, en effet, totalement ou partiellement propriétaire de 32 hôtels implantés dans 17 pays africains. Mais, pour l’instant, ces établissements sont gérés par des chaînes internationales. « Nous sommes engagés par des contrats, déclare Mohamed Abdallah Agili, et nous entendons respecter nos engagements contractuels avec elles. » L’hôtel 5 étoiles Abou Nawas Tunis, dont la Laico a acquis 100 % du capital à la fin de 2007, auprès d’investisseurs tunisiens et koweïtiens, ne passerait pas non plus sous le nouveau pavillon. « Nous sommes en train de négocier avec plusieurs enseignes internationales pour sa gestion avec pour objectif d’en relever le standing », ajoute le directeur général de Laico Hotels & Resorts.
Concentrée jusque-là sur l’Afrique subsaharienne, la Laico veut, avec l’appui de son partenaire, étendre ses activités à toute la rive sud de la Méditerranée, où l’hôtellerie est promise à un bel avenir. La Tunisie, le Maroc et l’Égypte reçoivent chacun autour de 7 millions de visiteurs par an. Ils sont, avec l’Afrique du Sud, en tête des destinations touristiques continentales. L’Algérie comme la Libye ont d’importants plans d’équipement hôtelier. Des projets qui intéressent tous Laico Hotels & Resorts. « Distinguer entre le nord et le sud du continent n’a pas de sens », insiste Mohamed Agili.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte