Sécurité

Mali : première frappe d’un drone armé français en opération

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 23 décembre 2019 à 15h31
Un drone Hartford de l'armée de l'air française se préparant à atterrir après une mission au-dessus du Mali, à la base militaire de Niamey, en 2013.

Un drone Hartford de l'armée de l'air française se préparant à atterrir après une mission au-dessus du Mali, à la base militaire de Niamey, en 2013. © Anthony Jeuland/AP/SIPA

L’armée française a annoncé lundi avoir effectué pour la première fois une frappe en opération à l’aide d’un drone Reaper, dans le centre du Mali, où les militaires de la force Barkhane ont mis « hors de combat » un total de 40 jihadistes.

Le président Emmanuel Macron avait annoncé samedi à Abidjan que 33 « terroristes » avaient été « neutralisés » par l’armée française dans la région de Mopti (centre du Mali). De source proche de l’Elysée, ils ont été tués.

Selon un communiqué publié lundi par l’état-major français, « dans la journée du 21 décembre, poursuivant l’action d’opportunité lancée dans la nuit précédente contre un important regroupement de combattants terroristes, l’opération Barkhane a neutralisé 7 terroristes supplémentaires » dans la forêt de Ouagadou (150 kilomètres au nord-ouest de Mopti), zone d’évolution de la katiba Macina dirigée par le prédicateur radical peul Amadou Koufa.

« Alors que les commandos engagés dans cette opération procédaient à la fouille de la zone de combat, ils ont été pris à partie par un groupe de terroristes infiltrés à moto », détaille l’état-major.

« Les tirs ont été délivrés par un drone Reaper et une patrouille de Mirage 2000. Cette frappe est la première réalisée en opération par un drone armé », précise-t-il, confirmant des informations publiées par le blog spécialisé Le Mamouth.

Deux gendarmes maliens libérés

L’armée française avait annoncé jeudi avoir achevé de tester l’armement de ces appareils pilotés à distance, dont elle dispose de trois exemplaires sur la base aérienne de Niamey, au Niger.

Cette opération dans le centre du Mali a également permis la libération de deux gendarmes maliens retenus en otage et la saisie de plusieurs motos, de véhicules armés et d’un important volume d’armement, rappelle l’armée française.

La France avait déjà annoncé avoir « neutralisé » 25 jihadistes au cours de deux opérations distinctes au Sahel en décembre.

Cette série d’opérations intervient un peu moins d’un mois après la mort de 13 soldats français dans une collision entre deux hélicoptères pendant une opération de combat dans le Liptako, dans la région de Ménaka, aux confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso. Barkhane y mène régulièrement des attaques contre les groupes armés, dont le groupe État islamique Grand Sahara (EIGS).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte