Diplomatie

Libye : les forces du maréchal Haftar annoncent avoir arraisonné un cargo turc

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 22 décembre 2019 à 11h38
Des combattants libyens dans l'Est, en 2015 (photo d'illustration).

Des combattants libyens dans l'Est, en 2015 (photo d'illustration). © Mohamed Ben Khalifa/AP/SIPA

Les forces du maréchal Khalifa Haftar ont annoncé samedi soir avoir arraisonné un cargo turc battant pavillon de la Grenade, au large de l’est de la Libye, pour le fouiller.

Cette annonce coïncide avec l’approbation par le parlement turc d’un accord de coopération militaire et sécuritaire avec le gouvernement libyen d’union nationale (GNA) dont le siège est à Tripoli, qui fait face depuis avril à une offensive du maréchal Haftar contre la capitale.

Le navire turc a été conduit au port de Ras al-Helal, près de Derna (est) « pour le fouiller et vérifier sa cargaison », a expliqué Ahmad al-Mesmari, le porte-parole des forces de Haftar dans un bref communiqué.

Sur sa page Facebook, le porte-parole a publié une vidéo montrant l’interception du navire et des copies des passeports des trois membres de l’équipage, tous turcs.

Soutien d’Ankara au GNA

Le GNA, reconnu par l’ONU, a annoncé jeudi la « mise en œuvre » de l’accord de coopération militaire signé fin novembre avec la Turquie, ouvrant la voie à une intervention plus directe d’Ankara en Libye.

La Turquie soutient déjà le GNA dans sa guerre contre les troupes du maréchal Haftar, l’homme fort de l’est libyen, qui tente depuis le 4 avril de s’emparer de la capitale libyenne.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, est allé jusqu’à promettre le 10 décembre l’envoi de troupes pour soutenir le GNA de Fayez al-Sarraj si ce dernier le demande, aux termes de l’accord signé entre les deux parties, exacerbant davantage les tensions dans la région.

Le maréchal Haftar avait déjà menacé fin juin de s’en prendre aux intérêts turcs en Libye, accusant Ankara de soutenir militairement ses rivaux. Les forces du maréchal Haftar sont appuyées notamment par les Émirats arabes unis et l’Égypte, deux rivaux régionaux d’Ankara.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte