Politique

Umushyikirano : quand le Rwanda organise sa grand-messe de la bonne gouvernance

Paul Kagame lors de son discours à Umushyikirano, le 19 décembre 2019.

Paul Kagame lors de son discours à Umushyikirano, le 19 décembre 2019. © Urugwiro Village (présidence rwandaise)

Le Rwanda organisait les 19 et 20 décembre son « dialogue national » (Umushyikirano), destiné à dresser l’état de la nation. Séance de reddition des comptes mâtinée de show patriotique, en présence du président Paul Kagame, ce rituel annuel est devenu un événement incontournable depuis 17 ans. 

« Quand les autres marchent, nous devons courir. » Au pupitre de la salle de conférence d’un Kigali Convention Center (KCC) garni de plusieurs centaines de personnes chauffées à blanc, Paul Kagame énumère, face à un public conquis d’avance, les succès enregistrés par le Rwanda 25 ans après le génocide des Tutsi. Égalité homme-femme, croissance économique, tourisme, climat des affaires…

Lors du traditionnel discours d’ouverture d’Umushyikirano – le dialogue national -, le président rwandais insiste, comme à son habitude, sur les chiffres et les classements, brandis comme autant d’instruments de mesure des progrès accomplis par le pays depuis 1994, l’an zéro du « nouveau Rwanda ». 

Cette grand-messe annuelle, à mi-chemin entre séance d’évaluation des performances de l’administration et raout patriotique, a réuni pendant deux jours le gratin politique et militaire du pays, de nombreux représentants de la société civile ainsi qu’une partie de la communauté diplomatique. Le principe est le suivant : l’espace de 48 heures, chaque représentant de l’administration, du ministre au maire de district, est appelé à rendre des comptes.

Sur l’estrade, dans le public ou en duplex depuis les quatre provinces du pays, les Rwandais peuvent interpeller ces derniers et faire état de leurs difficultés comme de leurs attentes. Pour compléter le tableau de cette grande consultation au style particulier, tout se fait en présence du président de la République, qui, au besoin, arbitre les échanges, voire admoneste les élus et fonctionnaires peu convaincants dans leurs réponses. 

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte