Dossier

Cet article est issu du dossier «Blockchain et cryptomonnaies, des technologies pour l'Afrique»

Voir tout le sommaire
Innovation

Le Maroc interdit les cryptomonnaies, mais soutient les blockchains professionnelles ou institutionnelles

Othman Benjelloun, PDG de BMCE Bank of Africa, qui a co-organisé une conférence sur la blockchain dans la logistique avec l'Association des exportateurs marocains. Ici lors de la 2e édition du China-Africa Investment Forum, en 2017 (photo d'illustration).

Othman Benjelloun, PDG de BMCE Bank of Africa, qui a co-organisé une conférence sur la blockchain dans la logistique avec l'Association des exportateurs marocains. Ici lors de la 2e édition du China-Africa Investment Forum, en 2017 (photo d'illustration). © Jean-Michel Ruiz/CAIF pour JA

Si le bitcoin n’est pas le bienvenu au Maroc, les autorités redoublent en revanche d’efforts pour y faire une place aux projets de blockchains à usage professionnel, sous l’impulsion des entreprises marocaines ou françaises qui y voient des opportunités, ou à usage institutionnel, l’État réfléchissant à sa propre modernisation.

Le 18 décembre, la banque BMCE Bank of Africa et l’Association marocaine des exportateurs (Asmex) ont organisé une conférence à Casablanca pour promouvoir les « applications possibles pour le commerce extérieur au Maroc » de la technologie blockchain.

Cette « chaîne de blocs » (littéralement) fonctionnant comme un registre distribué (décentralisé) intéresse tout particulièrement le secteur de la logistique, où les contraintes administratives et relatives à la traçabilité sont une préoccupation que la blockchain se propose, à terme, de simplifier. La cryptomonnaie est l’une des applications de ces registres distribués.

Un mois plus tôt, c’était la Banque centrale elle-même, Bank Al-Maghrib (BAM), qui co-organisait la deuxième édition de l’Africa Blockchain Summit, à Rabat, et ce conjointement avec Paris Europlace (association de professionnels français de la finance, en charge de « promouvoir et développer la Place financière de Paris »), sous le thème de l’inclusion financière. Deux sociétés technologiques étaient partenaires : la fintech française HBS, spécialisée dans les technologies de paiement, et Talan, société de services du numérique française.

L’événement consistait en un concours de start-up travaillant sur des solutions innovantes en matière d’inclusion financière, de financement des très petites entreprises ou de renforcement de l’éducation financière.

Mettre la blockchain au service de l’inclusion financière

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte