Politique

Tunisie : le président Kaïs Saïed promet de réaliser les revendications de la révolution

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 18 décembre 2019 à 09h49
Le président tunisien Kaïs Saïed, lors de sa prise de parole publique à Sidi Bouzid, le 17 décembre 2019.

Le président tunisien Kaïs Saïed, lors de sa prise de parole publique à Sidi Bouzid, le 17 décembre 2019. © Facebook / Présidence Tunisie

Le président tunisien a rendu hommage mardi 17 décembre, jour du neuvième anniversaire du déclenchement du soulèvement populaire ayant mis fin au régime de Zine El Abidine Ben Ali, aux revendications de la révolution, lors d’une visite inopinée dans le centre du pays.

Très largement élu en octobre, Kaïs Saïed  n’a fait quasiment aucune déclaration depuis sa prestation de serment en novembre. Il s’est rendu dans l’après-midi, sans aucune annonce préalable aux médias, à Sidi Bouzid, où avaient eu lieu les premières manifestations ayant entraîné la chute de Ben Ali, décédé en septembre dernier en Arabie saoudite.

Il a notamment promis de réaliser « dans le cadre de la Constitution et dans la légitimité » les revendications phares de la révolution, toujours scandées par les habitants de cette région: « liberté, travail et dignité ».

Le 17 décembre décrété fête nationale

« Je vais travailler malgré les manipulations (…) et les complots (…) pour réaliser vos revendications », a-t-il promis à une foule compacte dans le centre de Sidi Bouzid.

Kaïs Saïed a aussi annoncé que la date du 17 décembre serait désormais une fête nationale. La Tunisie fête déjà le 14 janvier, jour de la fuite de Ben Ali.

Le 17 décembre 2010, des manifestations avaient éclaté après l’immolation du jeune Mohamed Bouazizi, un marchand ambulant protestant contre la confiscation de sa marchandise dans la région marginalisée de Sidi Bouzid.

Depuis la révolution, cette région a connu des troubles sociaux récurrents nourris par le chômage et la pauvreté, et aucun président n’a pu répondre aux attentes sociales de cette région, qui s’estime toujours marginalisée par le pouvoir, en dépit de l’amélioration des infrastructures de la ville.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte