Dossier

Cet article est issu du dossier «En Algérie, le président Abdelmadjid Tebboune désormais seul maître du jeu»

Voir tout le sommaire
Politique

Élection d’Abdelmadjid Tebboune en Algérie : « Le commandement militaire nie la désaffection populaire »

Des manifestants protestant dans les rues d'Alger, vendredi 13 décembre 2019, contre le nouveau président élu la veille, Abdelmadjid Tebboune.

Des manifestants protestant dans les rues d'Alger, vendredi 13 décembre 2019, contre le nouveau président élu la veille, Abdelmadjid Tebboune. © Toufik Doudou/AP/SIPA

L’élection d’Abdelmadjid Tebboune à la présidence de l’Algérie est une tentative du régime, pilotée par l’armée, « de se régénérer sans changer de formule », estime Mouloud Boumghar, professeur algérien de droit international et proche du Hirak. Entretien.

L’arrivée d’Abdelmadjid Tebboune au pouvoir n’a pas dissuadé les étudiants de manifester pour le 43e mardi consécutif. Le 17 décembre, quatre jours après l’élection du nouveau chef de l’État, ceux-ci ont dénoncé un scrutin frauduleux et un dirigeant “imposé par l’armée”.

Le mécontentement d’une grande partie de la population n’est pas passé inaperçu : marquée par une abstention historique, la journée de vote a été émaillée de nombreuses manifestations contre un processus “illégitime”, avec cinq candidats considérés comme membre de la “issaba”, la “bande mafieuse” gravitant autour de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika, déchu le 2 avril dernier.

Pour Mouloud Boumghar, avocat spécialisé en droit public et proche du mouvement de contestation, cette conscience politique est la plus grande force du Hirak, mais aussi un véritable casse-tête pour le nouveau président et surtout le commandement militaire, qui voient ainsi leur marge de manœuvre réduite.

Jeune Afrique : Comment évaluez-vous la situation politique, maintenant qu’un nouveau président est élu ?

Mouloud Boumghar : Avec le simulacre de scrutin du 12 décembre, le régime militaire tente de reconstruire sa façade civile. Les officiers supérieurs ont désigné un apparatchik du régime, Abdelmadjid Tebboune, pour jouer le rôle de président de la République.

Le haut commandement militaire a son représentant doté d’un mandat impératif, mais le peuple n’a toujours pas de porte-parole au sein des institutions. L’impasse politique perdure : le régime tente de se régénérer sans changer de formule, alors même que son illégitimité est flagrante et que le peuple le rejette dans sa composante tant militaire que civile.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte