Économie

Maurice renforce son partenariat avec le continent

Mis à jour le 30 juin 2014 à 09:19

La première conférence Maurice-Afrique a eu lieu à Port-Louis, les 25 et 26 juin dernier. L’événement, qui a attiré les représentants de 28 agences de promotion de l’investissement du continent, a également vu la conclusion d’un accord de protection de l’investissement entre Maurice et l’Egypte. Le vingtième passé entre l’île et les pays du continent.

Fidèle à la stratégie énoncée par son gouvernement ces dernières années, Maurice a accueilli les 25 et 26 juin, la conférence Maurice-Afrique, première du nom, sous les ors de l’hôtel Maritim, située au nord de la capitale Port-Louis. Inauguré par Rashid Beebeejaun, vice-Premier ministre et ministre de l’Énergie du pays, l’événement a attiré les représentants de 28 agences de promotion de l’investissement du continent, du Cap-Vert à Djibouti, en passant par la Tunisie, le Burkina Faso ou la Namibie.

« Il s’agit de raffermir les liens entre ces organismes pour établir une meilleure coopération au niveau institutionnel et favoriser les échanges d’expérience », explique Ken Poonoosamy, directeur général du Board of Investment (BOI) et organisateur de cette conférence. L’agence mauricienne en a profité pour signer une série d’accords et de mémorandums avec ses homologues continentales. Une initiative saluée par l’ensemble des participants. « C’est une opportunité unique pour nous de rencontrer le secteur privé mauricien et de profiter de l’expertise acquise par le pays, notamment en matière financière ou agro-industrielle », apprécie Ana Karina Venancio da Silva, directrice de l’Agence nationale de promotion des investissements privés en Angola (Anip).

Stratégies

Lire aussi :

Maurice a de la suite dans les IDE

Maurice se rêve en futur pôle de savoir macroéconomique

Les zones économiques spéciales peuvent-elles transformer l’Afrique ?

Au programme de ces deux jours, plusieurs présentations ont été données par les responsables d’agences asiatiques, comme la Malaisie ou Singapour, « exemples à suivre pour l’Afrique », selon Ken Poonoosamy, « dont il s’agit de s’inspirer pour qu’ensuite chacun puisse développer sa propre stratégie ». Avec pour objectif, à terme, de rencontrer le même succès, « la Malaisie devant entrer dans le club des pays à haut revenu à l’horizon 2020 », a rappelé le sénateur Dato Sri Idris Jala, directeur de l’organisme Pemandu (Performance management and delivery unit), directement rattaché aux services du Premier ministre malaisien et véritable vedette de ce forum.

Implantation

Ce rendez-vous pourrait se répéter à l’avenir. C’est en tout cas le souhait de Ken Poonoosamy qui y voit également « un excellent moyen pour aider le secteur privé mauricien à poursuivre son implantation en Afrique ».

Plus de soixante-dix entreprises sont actuellement présentes sur le continent, dans la finance et le tourisme, secteur fort de l’économie du pays, mais également dans la pêche et l’agriculture ou encore le BTP. « Nous assistons à un véritable engouement actuellement pour nos entreprises », se félicite le patron du BOI. Le gouvernement mauricien en a également profité pour signer, en marge du forum, un accord de protection de l’investissement avec l’Egypte. Le vingtième passé entre l’île et les différents pays du continent.