Sécurité

Niger : ce qu’il faut retenir du sommet du G5 Sahel à Niamey

Ibrahim Boubacar Keïta, Mahamadou Issoufou, Roch Marc Christian Kaboré, Idriss Déby Itno et Mohamed Ould Ghazouani, lors du sommet du G5 Sahel à Niamey, le 15 décembre 2019.

Ibrahim Boubacar Keïta, Mahamadou Issoufou, Roch Marc Christian Kaboré, Idriss Déby Itno et Mohamed Ould Ghazouani, lors du sommet du G5 Sahel à Niamey, le 15 décembre 2019. © DR / Présidence du Niger.

Le sommet extraordinaire des chefs d’États du G5 Sahel a pris fin dimanche à Niamey. Ils ont insisté sur la responsabilité de la Communauté internationale dans la situation d’insécurité au Sahel, due selon eux à la déstabilisation de la Libye, et appelé à une plus grande alliance contre le terrorisme.

Roch Marc Christian Kaboré, Ibrahim Boubacar Keïta, Mohamed Ould Ghazouani, Idriss Déby Itno et Mahamadou Issoufou ont échangé à huis clos, dimanche, lors d’un sommet extraordinaire qui s’est tenu à Niamey.

Initialement prévue à Ouagadougou pour préparer le sommet de Pau, à l’invitation d’Emmanuel Macron qui souhaitait une « clarification » de la part de ses pairs sahéliens sur la présence de troupes françaises sans le Sahel, la rencontre de Niamey a été l’occasion pour pour les chefs d’États du G5 Sahel, d’exprimer leur solidarité envers le Niger, après l’attaque d’Inates, lors de laquelle 71 soldats ont été tués.

L’impact de la crise libyenne

Dans leur communiqué final, les présidents ont exprimé leur « profonde préoccupation face à la recrudescence des attaques terroristes contre les positions des forces de défense et de sécurité et les diverses formes de criminalité dans la région ».

Pour le Burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, président en exercice du G5 Sahel, cette réunion a permis d’évoquer aussi bien « la situation sécuritaire que celle des alliances et de l’appui au développement ».

Son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou, a pour sa part insisté sur la responsabilité de la communauté internationale dans « l’aggravation des menaces face auxquelles nous faisons face, parce que c’est elle qui a pris la décision d’intervenir en Libye et (que) cette crise libyenne amplifie aujourd’hui toutes les menaces qui pèsent sur nos États ».

Tous les dirigeants ont appelé à une plus grande solidarité avec les pays du G5, entre autres à travers le partenariat international pour la stabilité et la sécurité au Sahel (P3S), adopté au Sommet du G7 à Biarritz. Ils ont également souligné la nécessité de concrétiser les annonces de financement au profit du G5 Sahel.

« Nous ne gagnerons pas seuls »

Si la question de la présence militaire française dans le Sahel, via les hommes déployés dans le cadre de l’opération Barkhane, n’a pas été évoquée publiquement, pas plus que celle des récentes crispations provoquées par l’invitation d’Emmanuel Macron à ses pairs sahéliens à venir en France pour « clarifier » leur position, Roch Marc Christian Kaboré a cependant insisté sur le « besoin d’alliés » des pays de la région.

« Nous avons besoin d’avoir un travail beaucoup plus transparent et coordonné entre nous. Nous sommes ouverts à tout partenariat international qui peut nous aider dans la lutte contre le terrorisme », a-t-il ajouté. « Comme dans toutes les guerres contre le terrorisme, nous ne gagnerons pas seuls », a-t-il dit dans son discours de clôture du sommet.

Un appel qui s’adressait également aux pays de la sous-région. Les chefs d’États ont notamment plaidé pour un « renforcement de la coopération entre les services de sécurité et de renseignement ». Ils ont également remercié l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa), et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), pour leur « mobilisation financière en faveur de la sécurisation du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest ».

Sur le plan stratégique, les chefs d’États ont décidé de mobiliser davantage de forces dans la zone des trois frontières, entre le Burkina, le Mali et le Niger, où les attaques se multiplient.

Un accent sera également mis sur la lutte contre les principales sources de financement du terrorisme qui sont l’orpaillage clandestin, le trafic d’armes et de drogues. Enfin, ils ont décidé de porter le mandat du commandant de la force conjointe du G5 Sahel à deux ans.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte