Entreprises & marchés

Sur le lac le plus salé au monde, Djibouti valorise son or blanc

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 13 décembre 2019 à 18h27
Usine de sodium à Djibouti

Usine de sodium à Djibouti © Aboubaker Mohamed Halloyta

Détenue majoritairement par le conglomérat chinois CCCC, l’usine de bromure de sodium de Salt Investment au lac Assal fournira l’industrie pharmaceutique de l’Empire du Milieu. Le montant des investissements prévus atteint 200 millions de dollars.

Point le plus bas du continent africain, le lac Assal est aussi le lac le plus salé du monde. S’il est depuis des temps immémoriaux à Djibouti un lieu d’extraction et de commerce, d’inspiration littéraire également, il franchit aujourd’hui une nouvelle étape, industrielle celle-là, avec l’inauguration de l’usine de bromure de sodium de Salt Investment.

Deux ans jour pour jour après la pose de la première pierre, une cérémonie s’est tenue le 12 décembre en présence du président Ismail Omar Guelleh, de son ministre des Finances Ilyas Moussa Dawaleh, de l’ambassadeur de Chine à Djibouti et des responsables de cette entreprise, dont le très important conglomérat China Communications Construction Company (CCCC) est actionnaire à 65 % aux côtés des Djiboutiens de la Société d’exploitation du Lac Assal (Selac). Une autre société chinoise, Shandong Haiwang Chemical, détenant les techniques de fabrication, s’est vue déléguer la production.

Prisé par l’industrie pharmaceutique et cosmétique

Dans sa première phase, 22 000 tonnes de bromure de sodium sortiront de cette unité de production dont les capacités atteindront 52 000 tonnes d’ici deux ans. 8 000 tonnes ont déjà été produites l’année dernière. Dans sa deuxième phase, l’usine sera en mesure de produire de la soude caustique, actuellement importée d’Égypte, et du chlore.

Mélange de sel et de soude caustique (utilisée notamment pour les savons et détergents), le bromure de sodium est une denrée particulièrement prisée par l’industrie de la pharmacie et des cosmétiques et qui sera surtout destinée au marché chinois. Le montant des investissements est important, puisqu’il atteint plus de 200 millions de dollars au total dont 77,8 millions de dollars pour la première phase.

Si le bromure de sodium est actuellement transporté par conteneurs vers le port de Djibouti, le port minéralier du Ghoubet à proximité, inauguré en 2017, doit permettre à terme l’exportation du produit.

Faire cohabiter tourisme, extraction minière, géothermie…

Lieu « singulier », plutôt « réfractaire », selon les mots d’Ismail Omar Guelleh, à toute activité économique compte tenu de son climat et de son isolement, la région du lac Assal entend tirer profit du potentiel dont il regorge en développant d’autres activités : touristiques, minières, avec l’extraction de gypse et la géothermie, pour laquelle les forages ont déjà débutés.

« L’objectif étant qu’aucune de ces activités ne prenne le pas sur l’autre, que Djibouti puisse diversifier son économie mais en préservant surtout son environnement », assure une source proche des autorités. Pour que la majesté des lieux puisse à jamais continuer d’inspirer de nouveaux Rimbaud.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte