Mines

Mine : Barrick cède une partie de ses activités sénégalaises pour 430 millions de dollars

Usine de la mine d'or de Tongon, en Côte d'Ivoire, exploitée par la compagnie Randgold (devenu Barrick ; photo d'illustration).

Usine de la mine d'or de Tongon, en Côte d'Ivoire, exploitée par la compagnie Randgold (devenu Barrick ; photo d'illustration). © Olivier pour JA

Le premier producteur mondial d’or va céder à son compatriote canadien Teranga Gold 90 % des parts qu’il détenait dans le gisement minier de Massawa, découvert dix ans plus tôt par l’ancienne société de Mark Bristow, le dirigeant de Barrick Gold.

Le géant canadien des mines d’or, Barrick Gold Corporation, et son partenaire sénégalais (la Compagnie sénégalaise de transports transatlantiques Afrique de l’Ouest, CSTT-AO) ont trouvé un accord pour vendre 90 % de leur parts dans le projet sénégalais de Massawa, à un autre canadien, le groupe Teranga Gold Corporation, pour un montant estimé à 430 millions de dollars (388,6 millions d’euros).

Aux termes de cette transaction, prévue pour le premier trimestre 2020, Barrick et son partenaire recevront 300 millions de dollars en liquidités et environ 20,7 millions d’actions de Teranga Gold évaluées à 3,85 dollars par action, soit un total de 79,8 millions de dollars.

Barrick détiendra 11,45 % de Teranga

Ils seront également récipiendaires d’un paiement pouvant atteindre 50 millions de dollars, basé sur le prix moyen de l’or pour la période de trois ans suivant la clôture de l’opération. Barrick indique qu’elle recevra 92,5 % du prix d’achat total, tandis que son partenaire sénégalais recevra le reste pour sa participation minoritaire.

Le minier canadien détiendra une participation de 11,45 % dans Teranga une fois l’opération conclue.

L’exploitant aurifère de Toronto fournit 25 millions de dollars pour le financement par emprunt syndiqué de 225 millions dollars, garanti par Teranga dans le cadre de cette opération.

« L’accord avec Teranga permettra de réaliser la pleine valeur de cet actif [Massawa], et de créer une nouvelle société d’exploitation aurifère ouest-africaine d’envergure avec une importante participation africaine », a déclaré dans un communiqué le dirigeant de Barrick, Mark Bristow, dont l’ancienne société Randgold Resources avait découvert le gisement de Massawa il y a dix ans.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte