Politique économique

Le Burkina Faso augmente son budget pour maintenir son objectif de croissance en 2020

Ministère des Finances et du Budget du Burkina Faso (photo d'illustration)

Ministère des Finances et du Budget du Burkina Faso (photo d'illustration) © Nyaba Leon Ouedraogo pour JA

Malgré un climat sécuritaire tendu et un contexte de fronde sociale, le Burkina Faso a adopté un budget 2020 en hausse, orienté vers les investissements publics, avec pour ambition de maintenir la croissance du PIB à 6 %.

À Ouagadougou, l’État affiche sa confiance, en dépit du risque sécuritaire. Le budget de l’État, adopté jeudi 5 décembre par le Parlement burkinabè, affiche une progression des recettes de 14 %, à 2 233 milliards de francs CFA.

Les dépenses budgétaires augmentent elles aussi, de 13 %, franchissant le cap des 2 500 milliards de francs CFA. C’est donc un déficit de 285 milliards de francs CFA que prévoit ce budget, en progression de 10 %.

Les principaux investissements se situent dans les infrastructures routières et scolaires

L’exécutif burkinabè mise sur une croissance du PIB de 6 %, comparable à l’année 2019. C’est ce que prévoyait le FMI en mai dernier. Cette performance macroéconomique sera essentiellement portée par les dépenses d’investissements, qui ont bondi de 35,84 % cette année, à 853,17 milliards. « Outre le secteur de la Défense et de la sécurité, les principaux investissements se situent dans les infrastructures routières et scolaires, ainsi que dans la construction de centres hospitaliers », explique Lassané Kaboré, ministre burkinabè de l’Économie, des Finances et du développement.

Un ralentissement de la production aurifère

Sur la période 2017-2018, l’activité économique a connu une légère accélération de son rythme de croissance. En effet, le taux de croissance du PIB réel, tiré essentiellement par le boom aurifère, avec une production d’or de plus de 52,5 t, et les bonnes campagnes agricoles, est ressorti à 6,6 % en 2018 contre 6,3 % en 2017. En revanche, pour cette année, elle enregistre une quasi-stagnation à 6,5 % en raison de l’impact de l’insécurité dans les zones touchées.

C’est un autre signe que les investissements publics sont en hausse : au 30 septembre 2019, pour une prévision annuelle dans la loi de finances initiale de 1 954 milliards de francs CFA, le niveau global de mobilisation des ressources de l’État se chiffre à 1 315,32 milliards de francs CFA, soit un taux de réalisation de 67,29 %, alors qu’il n’était que de 61,60 % en 2018 à la même période.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte