Société

Sénégal : Macky Sall réquisitionne le personnel de la SDE pour assurer l’approvisionnement en eau potable

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 07 décembre 2019 à 17h50
Installation de la Sénégalaise des Eaux (SDE)

Installation de la Sénégalaise des Eaux (SDE) © Eranove

Le président de la République a signé un décret pour réquisitionner le personnel de la Sénégalaise des eaux (SDE), dont la grève depuis quatre jours empêche la distribution d’eau potable dans certains quartiers de Dakar.

Vendredi 6 décembre, après quatre jours de grève des agents de la Sénégalaise des eaux (SDE), la fourniture d’eau potable n’était plus fonctionnelle dans plusieurs quartiers de Dakar. Face à l’échec des dernières négociations menées en fin de journée entre le gouvernement et les travailleurs de la SDE, le président Macky Sall a signé le jour même un décret d’une teneur nouvelle.

« Est réquisitionné, à compter du 6 décembre 2019 à 20 heures jusqu’au 31 décembre 2019, l’ensemble du personnel de la SDE pour assurer la continuité du service public de l’eau potable dans le périmètre affermé confié à la SDE », annonce le texte.

Cette décision intervient alors que le secteur s’apprête à connaître un changement majeur le 31 décembre prochain. Assurée depuis 1996 par la SDE (dont l’actionnaire majoritaire est le groupe franco-africain Eranove, aux côtés d’actionnaires sénégalais à hauteur de 42,2 %), la distribution d’eau va passer – après une longue bataille juridique – aux mains du nouveau groupe Eau Sénégal, dominé par le français Suez qui en possède 45 % des actions, qui a promis de reprendre l’ensemble du personnel.

C’est justement à propos de la répartition du capital de cette nouvelle société que les travailleurs de la SDE ont déclenché leur grève le 2 décembre.

La SDE pas d’accord sur sa part

Alors qu’ils devaient détenir 5 % de ses actions (25 % sont propriétés d’investisseurs sénégalais et 25 % de l’État), les 1 200 salariés réclament une part de 10 %, selon le secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de la Sénégalaise des eaux (SAT-SDE), Elimane Diouf.

Le gouvernement affirme avoir déjà fait une concession importante en acceptant de porter les parts des salariés de la SDE de 5 à 7 % du capital d’Eau Sénégal. Mais il « regrette » que le personnel de la SDE se montre gourmand en réclamant 10 % du capital, en excluant les agents de deux autres entreprises actives dans le secteur de l’eau, à qui il se dit prêt à accorder 3 % des actions en diminuant sa propre participation à 20 % du capital.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte