Politique

RDC : les tensions au Kongo-Central, symptôme des crispations au sein de l’alliance FCC-Cach

Le siège de l'Assemblée provinciale du Kongo-Central

Le siège de l'Assemblée provinciale du Kongo-Central © DR / Copie d'écran Assemblée provinciale du Kongo Central.

Destitutions, menaces et même agressions physiques, jusque dans l’enceinte de l’Assemblée nationale. Les vives tensions politiques qui secouent les provinces sont un symptôme supplémentaire de l’âpreté des luttes internes au sein de l’alliance entre le Front commun pour le Congo (FCC), de Joseph Kabila, et le Cap pour le changement (Cach), du président Félix Tshisekedi.

C’est un triste spectacle qu’a offert l’Assemblée nationale congolaise, mercredi 4 décembre. Lors des questions d’actualités, alors qu’il venait répondre aux députés sur le dossier des catastrophes naturelles, Gilbert Kankonde, le vice-Premier ministre de l’Intérieur, de la sécurité et des affaires coutumières, a été agressé physiquement par des députés de la province du Kongo-Central.

Ces derniers reprochent au ministre d’avoir réhabilité, le 29 novembre dernier, le gouverneur de la province, Atou Matubuana – qui s’était présenté comme indépendant – , ainsi que le vice-gouverneur, Jules Luemba, qui avaient tous deux été suspendus par son prédécesseur sur fond de scandale sexuel.

Heurts à Kinkanda

Le même jour, à Kinkanda, l’Assemblée provinciale – au sein de laquelle le FCC de Joseph Kabila est majoritaire – a été le théâtre d’un pugilat comparable. Une audience plénière avait été convoquée en vue de procéder à un vote pour destituer Atou Matubuana de son poste de gouverneur.

Alors qu’à l’extérieur, des jeunes favorables avaient érigé des barricades pour tenter d’empêcher les députés de siéger, dans l’enceinte du parlement provincial, les élus en sont venus aux mains. La police a même dû intervenir pour faire évacuer la salle…

Ces vives tensions politiques ont aussi un écho au sein de l’exécutif. La veille de ces heurts, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba avait fait savoir son désaccord avec la décision de son vice-Premier ministre, pourtant au second rang protocolaire au sein du gouvernement, de réhabiliter le gouverneur du Kongo-Central.

Dans un courrier au ton peu amène, le Premier ministre a reproché à Gilbert Kankonde, un proche du président Félix Tshisekedi, d’avoir « bafoué l’autorité du premier ministre » et « nuit à l’unité et à la cohésion gouvernementale ».

Des Assemblées provinciales tenues par le FCC de Joseph Kabila

Le cas du Kongo-Central, pour exacerbées qu’y soient les tensions, n’est cependant pas unique. En Ituri, au Sankuru, ou encore dans la province du Haut-Lomami, les gouverneurs ont été destitués ou sont sous la menace d’une destitution. Leur point commun : ne pas être affiliés au Front commun pour le Congo de Kabila, ou, pour le cas de Marcel Lenge, déchu de son poste par l’Assemblée provinciale du Haut-Lomami, en avoir été écarté.

Ces crispations posent la question de la marge de manœuvre dont dispose le chef de l’État dans les provinces, au niveau décentralisé. Pour Martin Nzakuawu, professeur d’université en Sciences politiques, à la racine de ces crises à répétitions, « il y a notamment le mode de scrutin, qui consacre l’emprise, au propre comme au figuré, des Assemblées provinciales sur les gouverneurs ».

Les gouverneurs sont en effet élus au suffrage indirect, par les députés provinciaux. Des assemblées qui, aujourd’hui, sont majoritairement tenues par le FCC de Joseph Kabila qui, bien qu’allié au Cach du président congolais, suit aussi son propre agenda politique dans la perspective, déjà, de 2023. Pour Martin Nzakuawu, qui plaide pour une refonte du mode de désignation des gouverneurs, la situation actuelle « renforce la stratégie politique de conservation du pouvoir, du sommet à la base, dans un contexte d’alternance à la tête de l’État ».

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte