Diplomatie

Partenariat Visit Rwanda-PSG : nouveau signe du rapprochement entre Kigali et le Qatar

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 05 décembre 2019 à 18h11
Le logo de "Visit Rwanda" sur le maillot du PSG de Mbappé.

Le logo de "Visit Rwanda" sur le maillot du PSG de Mbappé. © REUTERS/Charles Platiau

Le Rwanda et le Paris Saint-Germain ont annoncé mercredi 4 décembre la signature d’un partenariat commercial. En se rapprochant du club français, propriété de l’émir du Qatar, Kigali marque une nouvelle étape dans sa proximité avec l’État du Golfe.

Après le club anglais d’Arsenal, équipe fétiche de Paul Kagame, le Rwanda Development Board (RDB) a annoncé le 4 décembre la signature d’un partenariat sur trois ans avec le Paris Saint-Germain, propriété de l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani. Le club français, qui compte dans ses rangs plusieurs stars mondiales du football, comme Kylian Mbappé et Neymar Jr, va ainsi contribuer à la promotion de la campagne Visit Rwanda.

Outre le logo présent sur le maillot de l’équipe et la distribution d’une sélection de thé rwandais au Parc des Princes les soirs de match, l’accord prévoit l’organisation d’une « semaine du Rwanda » à Paris, lors de laquelle sera mise en avant une sélection de produits « Made in Rwanda ». Des joueurs du PSG seront également envoyés dans le pays, pour visiter les différentes attractions touristiques et en faire la promotion sur les réseaux sociaux.

Le partenariat a été officialisé à l’occasion du match PSG-Nantes, mercredi 4 décembre, en présence notamment de l’ambassadeur du Rwanda à Paris, François-Xavier Ngarambe, de la responsable du tourisme pour le RDB, Belise Kariza, mais aussi de personnalités, comme l’ex-miss France Sonia Rolland, le chanteur et écrivain Gaël Faye, ou encore la députée Sira Sylla, présidente du groupe d’amitié France-Rwanda-Burundi. Le montant de ce contrat n’a pas été communiqué.

L’accord de sponsoring passé en mais 2018 avec Arsenal était, selon l’hebdomadaire britannique Mail on Sunday, estimé à un montant de 40 millions de dollars (34,5 millions d’euros) sur trois ans. Ce partenariat avait, à l’époque, été source de nombreuses critiques. Certains parlementaires de pays donateurs d’aide au développement au Rwanda s’étaient notamment interrogés sur l’opportunité pour Kigali de dépenser une telle somme.

Pour le RDB, cependant, le partenariat est déjà payant. D’après les chiffres annoncés par l’agence, le Rwanda a ainsi accueilli 1,7 million de visiteurs en 2019, et près de 142 000 personnes seraient employées dans le secteur du tourisme, contre 90 000 l’année précédente.

Trois rencontres en un an

Officiellement, tout le « dossier PSG » a été négocié par le RDB, agence nationale et fer de lance des investissements rwandais. Mais la signature de ce partenariat a aussi une forte résonance diplomatique, alors que le président rwandais poursuit son rapprochement avec l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani. Selon plusieurs sources rwandaises et qataris, les deux hommes échangent régulièrement. Paul Kagame est d’ailleurs le chef d’État africain qui a le plus rencontré l’émir qatari au cours de l’année qui s’achève.

Une intensification des relations diplomatiques entre les deux pays qui a démarré en novembre 2018, à la faveur d’une visite du président rwandais à Doha. C’était, déjà à l’époque, le Rwanda Development Board, représenté par sa directrice Clare Akamanzi, qui avait signé un important mémorandum avec Hassad Food, fonds d’investissement souverain qatari dédié au secteur agricole.

Un dossier stratégique pour l’émirat. Soumis depuis 2017 au « blocus » saoudien et émirati, le Qatar se montre très actif dans le domaine de l’approvisionnement alimentaire, notamment par le biais d’investissements à l’étranger. S’en est suivi une visite très commentée de l’émir du Qatar au Rwanda, fin avril. Le souverain avait alors été accueilli à sa descente d’avion par l’homme d’affaires mauritanien Moustapha Ould Limam al-Chafi, qui connaît Paul Kagame de longue date et réside désormais au Qatar.

Vers une coopération dans le secteur aérien

Le projet de partenariat avec le PSG – « dans les tuyaux depuis longtemps », assure un diplomate rwandais – , a été ficelé à Doha lors du dernier déplacement en date de Paul Kagame, fin octobre, pour la 5e Conférence sur les technologies de l’information au Qatar. Le projet a ensuite été avalisé en novembre par la direction du PSG.

À l’occasion du dernier déplacement du président rwandais, les deux pays avaient aussi conclu un accord d’exemption de visas : les Rwandais peuvent désormais se rendre au Qatar sans autorisation préalable, et y séjourner ainsi pour une durée de trente jours.

Autre preuve que la coopération entre les deux pays dépasse le cadre du football : elle touche également le secteur aérien, puisque des discussions seraient actuellement en cours entre le Qatar et le Rwanda au sujet d’une potentielle entrée de Qatar Airways au capital de la compagnie nationale Rwandair.

L’émirat gazier réfléchirait aussi à participer au projet du nouvel aéroport de Bugesera. Qatar Airways ayant subi des pertes financières importantes du fait du blocus – qui oblige ses appareils à éviter de survoler l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte – , la compagnie se cherche en effet de nouveaux partenariats en Afrique pour poursuivre son développement.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte