Elections

Afrique du Sud : la mairie de Johannesburg repasse aux mains de l’ANC

Cyril Ramaphosa en campagne à l'Ellis Park Stadium de Johannesburg, le 5 mai 2019.

Cyril Ramaphosa en campagne à l'Ellis Park Stadium de Johannesburg, le 5 mai 2019. © Ben Curtis/AP/SIPA

L'élection partielle de mercredi a consacré la victoire de Geoff Makhubo, le candidat du Congrès national africain (ANC, parti au pouvoir). Depuis 2016, la mairie de Johannesburg était dirigée par l'opposition.

L’élection a été organisée après la démission en octobre du maire de Johannesburg, Herman Mashaba, qui était membre du principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA).

Geoff Makhubo, candidat de l’ANC, le parti qui dirige l’Afrique du Sud depuis la fin officielle du régime de l’apartheid en 1994, a obtenu 137 voix, contre 101 pour le candidat de la DA et 30 pour celui des Combattants pour la liberté économique (EFF) lors d’une réunion du conseil municipal.

La DA contestée en interne

Il remplace Herman Mashaba, élu en 2016 sous les couleurs de la DA, grâce à l’appui de l’EFF. Ce dernier était devenu, il y a trois ans, le premier maire de la mégapole à ne pas être membre de l’ANC.

Mais en octobre, il avait annoncé sa démission et son départ de la DA, reprochant à la principale formation de l’opposition son approche de la question raciale, toujours très controversée dans le pays.

Depuis, la coalition formée par la DA et l’EFF a volé en éclats. L’EFF, parti de gauche radicale, a présenté mercredi son propre candidat, anéantissant les espoirs de la DA de conserver le poste de maire.

La ville de Johannesburg se retrouve « de nouveau entre les mains de Geoff Makhubo et des pilleurs professionnels de l’ANC », a réagi la DA, en référence aux soupçons de corruption qui planent sur le nouveau maire, un homme d’affaires.

L’ANC, par la voix de son porte-parole Pula Mabe, a insisté sur le fait que Geoff Makhubo n’avait « jamais été reconnu coupable ».

La victoire de l’ANC mercredi représente un nouveau revers pour la DA.

Démission de Mmusi Maimane

En juillet, l’EFF avait annoncé la fin de la coalition qu’il formait avec l’Alliance démocratique, à la tête de plusieurs grandes villes du pays depuis les municipales de 2016.

La DA a perdu les postes de maire de Johannesburg et de Port Elizabeth (sud-est), et son maire à Pretoria a été récemment suspendu à cause d’un scandale.

Lors des législatives de mai, l’Alliance démocratique a également perdu du terrain, avec 20,6% des voix, un score qui a conduit fin octobre son patron, Mmusi Maimane, à la démission.

Il était le premier chef noir de l’opposition sud-africaine. Il a été remplacé par John Steenhuisen, un Blanc, qui assure actuellement l’intérim à la tête du parti

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte