Politique

RDC : l’armée congolaise annonce avoir retrouvé le corps d’un Casque bleu à Beni

Une patrouille de Casques bleus de la Monusco près de Nyiamilima, dans l'est de la RDC, le 9 avril 2015.

Une patrouille de Casques bleus de la Monusco près de Nyiamilima, dans l'est de la RDC, le 9 avril 2015. © Flickr/Monusco/Abel Kavanagh

Selon l'armée congolaise, un casque bleu de la Mission des nations unies au Congo (Monusco), a été retrouvé près de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo.

« Les Forces armées de la République démocratique du Congo ont partagé ces informations avec nous et nous allons suivre ce dossier conformément à nos procédures », a indiqué de son côté un porte-parole de la Monusco.

L’armée congolaise affirme avoir retrouvé le corps une date non précisée dans la région de Beni, où elle a annoncé le 30 octobre des opérations contre les groupes armés, en particulier les Forces démocratiques alliées (ADF).

Les Casques bleus ont annoncé depuis lundi qu’ils s’étaient joints à ses opérations, avec leurs éléments de la brigade d’intervention dans la région (Afrique du Sud, Tanzanie, Malawi).

Nationalité inconnue

« Dans un camp des ADF conquis par l’armée, nous avons retrouvé les restes d’un Casque bleu tombé au champ d’honneur », a déclaré le général Léon-Richard Kasonga, porte-parole de l’armée congolaise, lors d’une conférence de presse.

« On a ramassé sa carte militaire (…) Je ne pourrais pas m’avancer sur sa nationalité. L’ONU elle-même se chargera de la donner ».

Côté ONU, on indique que « le pays d’origine et la famille doivent être officiellement informés et l’identification va prendre du temps ». « Donc on ne va rien confirmer avant longtemps ».

D’origine ougandaise, les ADF sont accusées du massacre de plus de 100 civils dans la région de Beni, en représailles des opérations militaires congolaises. Ces massacres ont provoqué des émeutes d’habitants contre les autorités et les Casques bleus, accusés de ne rien faire.

Plus de 1 000 civils massacrés

Des sources de la société civile ont accusé les ADF d’avoir tué onze personnes, neuf hommes et deux femmes, dans la nuit de lundi à mardi dans le village d’Orototo, dans le territoire de Beni.

« Nous avons enterré les 11 cadavres aujourd’hui en brousse vers 11 heures », a déclaré David Muwaz, président de la société civile de la chefferie de Batalinga.

L’armée congolaise n’a pas voulu confirmer. Au total, les ADF sont acccusées du massacre de plus de 1.000 civils dans la région de Beni depuis 2014.

Quinze casques bleus tanzaniens ont été tués par les ADF en décembre 2017 dans l’attaque de leur base en territoire de Beni. En décembre 2018, sept autres Casques bleus ont été tués dans une embuscade tendue par des ADF.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte