Politique

Tchad : le secrétaire général de la présidence incarcéré pour des faits présumés de corruption

Kalzeubé Pahimi Deubet, l’ancien Premier ministre et secrétaire général de la présidence tchadienne, a été placé sous mandat de dépôt, mardi, dans le cadre d’une enquête pour des détournements de deniers publics.

Par
Mis à jour le 4 décembre 2019 à 10:15

Kalzeubé Pahimi Deubet, secrétaire générale de la présidence à N’Djamena, le 27 octobre 2018. © Wikimedia / André Kodmadjingar

Kalzeubé Pahimi Deubet avait été arrêté dimanche par la police sur plainte de l’inspection générale d’État. Premier ministre de 2013 à 2016, plusieurs fois ministre ensuite, l’actuel secrétaire général de la présidence avec rang de ministre d’État, a été placé sous mandat de dépôt et incarcéré à la maison d’arrêt mardi soir, a indiqué son avocat, Alain Kagonbe.

« Les charges retenues sont tentatives d’escroquerie, abus de fonction, tentative de détournement de deniers publics et faux et usage de faux », a précisé l’avocat. Un membre du parquet général a confirmé l’information à l’Agence France-Presse, sous couvert d’anonymat, précisant que la prochaine étape était désormais « l’interrogatoire au fond ».

La défense évoque un dossier « politique »

« On savait que c’est un dossier politique, on s’attendait à cela, nous sommes sereins, nous attendons que justice soit faite et nous avons les moyens de droit pour nous défendre », a commenté Me Kagonbe.

Rien n’a filtré sur les faits reprochés à l’ancien Premier ministre, qui, en tant que secrétaire général de la présidence de la République, était chargé de coordonner l’action du gouvernement. Un poste faisant office de Premier ministre – un poste supprimé dans la nouvelle Constitution.