Electricité

Au Cameroun, le Français Eric Mansuy devient directeur général de l’opérateur électrique Eneo

Salle de commande du fournisseur camerounais Eneo.

Salle de commande du fournisseur camerounais Eneo. © Jean Piere KEPSEU

Le Français, qui était l’un des deux directeurs généraux adjoints de l’énergéticien camerounais, a été promu le 28 novembre. Après une riche carrière internationale et notamment africaine, il remplace Joël Nana Kontchou, démissionnaire, à la tête d’un opérateur électrique en difficulté.

Il était le favori d’Actis pour succéder à Joël Nana Kontchou à la tête de l’énergéticien camerounais. Eric Mansuy, 55 ans, a été porté à la tête d’Eneo lors du conseil d’administration du 28 novembre, à Yaoundé.

Eric Mansuy, nouveau directeur général d'Eneo au Cameroun

Son arrivée en janvier dans la filiale du fonds britannique en tant directeur général adjoint en charge de la distribution et du commerce laissait entrevoir cette issue face aux envies de départ de son prédécesseur manifestées depuis un an.

Sa promotion pourrait surtout marquer une inflexion dans la ligne de conduite de l’entreprise. « Joël Nana Kontchou s’est souvent montré coulant vis-à-vis de Yaoundé, suscitant parfois l’agacement de l’actionnaire de référence. Avec Mansuy, Actis, qui souhaite sortir du tour de table, veux peut-être changer d’attitude », observe un analyste.

Une expérience internationale et africaine

Cet ingénieur en électromécanique sorti de l’Institut national polytechnique de Grenoble, qui a passé quelques mois au Commissariat à l’énergie atomique et a dispensé des cours à l’École supérieure polytechnique de Dakar a fait l’essentiel de sa carrière à EDF. Un parcours de globe-trotter l’a conduit à séjourner sur le continent (Ghana, Égypte, Sénégal) et à diriger des filiales du géant français, notamment la hongroise Démász, cédée il y a deux ans.

Des clients importants, comme l’État, ne sont pas toujours à jour dans le règlement des factures

Une expérience qui lui sera utile à Eneo, aux prises avec l’équilibre financier du secteur. Eneo fait l’objet d’une plainte du trader Perrial Jean Nyodog (Tradex) depuis la mi-décembre visant à l’assigner à la liquidation de ses biens, en raison d’un litige sur une dette de 52 milliards de francs CFA de l’énergéticien envers l’intermédiaire, fournisseur du fioul pour le fonctionnement de ses centrales thermiques « Nous devons de l’argent à nos fournisseurs, tout comme des clients importants, comme l’État, ne sont pas toujours à jour dans le règlement des factures », relève une source interne.

Le Français devra surtout boucler les accords de financement en cours de négociation pour réaliser les investissements nécessaires après l’extension de la concession jusqu’en 2021. Le plan 2019-2031 de l’énergéticien camerounais prévoit une enveloppe de 500 milliards de francs CFA, dont la majeure partie sera consacrée à la réhabilitation et l’extension du réseau de distribution.

Détenu par Actis (51%), l’État (44%) et le personnel (5%), Eneo a réalisé un chiffre d’affaires de 298,6 milliards de francs CFA en 2018, pour un bénéfice de 11 milliards de francs CFA.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte