Politique

Services de sécurité en RDC : la présidence répond à Jeune Afrique

Suite à la publication de notre article « RDC : Félix Tshisekedi veut reprendre en main les services qui gèrent sa sécurité », le 25 novembre, nous avons reçu du porte-parole de la présidence de la République démocratique du Congo un droit de réponse que nous publions ci-dessous.

Par
Mis à jour le 27 novembre 2019 à 15:38

Félix Tshisekedi, lors de sa visite à Bunia, dans l’est de la RDC, le 2 juillet 2019. © DR / Présidence de la République RDC

« Votre article consacré à la sécurité du chef de l’État comporte de nombreuses contre-vérités qui doivent être corrigée auprès de vos lecteurs.

À Lire RDC : Félix Tshisekedi veut reprendre en main les services qui gèrent sa sécurité

S’il est vrai que le dispositif chargé de la sécurité du président est l’objet de retouches, comme cela arrive partout dans le monde, il est en revanche totalement infondé d’affirmer qu’il s’agit là d’« une refonte en profondeur » et encore moins que président craint pour sa sécurité, qui est assurée par des éléments dont le professionnalisme n’est plus à démontrer.

Plus grave, vous sous-entendez, à travers une citation anonyme, qu’il s’agirait là d’un préalable indispensable à l’engagement d’un bras de fer avec l’ancien chef de l’État Joseph Kabila, ce qui est évidemment faux.

Il serait utile de rappeler à vos lecteurs que Cach et FCC, les formations respectives de Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, sont alliées au sein d’une coalition. Et que tous deux entretiennent des relations empreintes de respect, dans le souci de l’intérêt général ».