Télécoms

Paulin Alazard, spécialiste des télécoms en Afrique, prend la tête de Togocom

Paulin Alazard, directeur général de Togocom

Paulin Alazard, directeur général de Togocom © Togocom / Paulin Alazard

Passé par les équipes africaines du koweïtien Zain et du malgache Telma, le manager va piloter un plan d’investissements de 245 millions d’euros pour transformer l’industrie numérique du Togo.

Paulin Alazard est depuis lundi 25 novembre le nouveau directeur général de la Holding Togocom. Nommé par le nouvel actionnaire majoritaire, le consortium international détenu par Axian Group et Emerging Capital Partners (ECP), Alazard a fait l’essentiel de sa carrière dans le secteur des télécommunications.

Titulaire d’un master en finance depuis 2011, il a fait ses premiers pas dans les télécoms en tant que contrôleur financier puis contrôleur régional Afrique chez l’opérateur télécom panafricain Celtel, filiale du groupe koweïtien Zain, de 2006 à 2008, puis directement au sein du groupe, à Madagascar. Cette expérience au sein du groupe l’a conduit à effectuer des missions en RD Congo, au Tchad, au Burkina Faso et au Niger…

Togocom s’attachera à l’amélioration des services pour les Togolais tout en assurant une refonte des plans tarifaire

Suite à près de deux ans dans la filiale gabonaise d’Airtel (suite au rachat de Zain par Bharti) de 2010 à 2012, Alazard a rejoint Telma Madasgascar au poste de directeur général adjoint en charge des finances.

Des ambitions régionales pour Togocom

Il a indiqué à sa prise de poste souhaiter faire de Togocom un groupe puissant au niveau national et régional. Pour commencer, « le groupe s’attachera à l’amélioration des services pour les Togolais tout en assurant une refonte des plans tarifaires », a-t-il précisé.

Comptant renforcer la couverture de l’internet mobile et misant sur l’augmentation du taux d’équipement en smartphones, le groupe entend développer le mobile money, en introduisant de nouveaux services.

Sur sept ans, Togocom prévoit un investissement de près de 245 millions d’euros (160 milliards de francs CFA) dans les infrastructures fondamentales pour muscler son réseau. Le groupe vise également à se positionner sur la digitalisation, évoquant la mise en place de « solutions IoT sur le réseau 5G pour les secteurs de la logistique (notamment portuaire), des mines et des transmissions », ou encore de solutions de e-Administration.

Le processus d’ouverture du capital a été initié en octobre 2018 par le gouvernement togolais, qui a ainsi prolongé la vague de privatisations qui avait touché les banques au début des années 2010.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte