Politique

Sénégal : le collectif Aar li ñu bokk, objet politique non identifié

Mobilisation populaire pour la transparence dans la gestion des ressources pétrolières, le 21 juin 2019 à Dakar.

Mobilisation populaire pour la transparence dans la gestion des ressources pétrolières, le 21 juin 2019 à Dakar. © Twitter officiel Aar Li Nu Bokk

Les activistes Guy Marius Sagna et Ndeye Fatou Blondin Diop, à la tête de cette plateforme citoyenne, veulent relancer la mobilisation autour de l’affaire Petro-tim et interpeller sur des questions sociales. Quitte à prendre une direction plus politique.

De la lutte pour la bonne gestion des hydrocarbures à la mobilisation contre la hausse du prix de l’électricité, il n’y a qu’un pas. La plateforme Aar li ñu bokk (« préserver ce que nous avons en commun ») l’a franchi cette semaine, en appelant les Sénégalais à s’opposer « farouchement » à l’augmentation annoncée pour le 1er décembre.

Ses nouveaux coordinateurs étaient, ce mercredi 27 novembre, sur la place de l’Obélisque, à Dakar, pour manifester contre les pouvoirs publics. [Selon le collectif, 9 militants, dont le coordinateur Guy Marius Sagna, ont été arrêtés lors d’une seconde manifestation vendredi 29 novembre. Interpellés devant les portes du palais présidentiel à Dakar, ils seront déférés devant le procureur ce lundi 2 décembre.] Ils se disent « convaincus » que le gouvernement « n’aurait pas eu besoin de recourir à la hausse du prix de l’électricité s’il avait géré les permis d’exploration de pétrole et de gaz d’une manière avantageuse pour le pays ».

Nous allons nous centrer sur ce que nous avons tous en commun en tant que Sénégalais

Cet appel intervient le lendemain de la fin des auditions du doyen des juges, chargé de faire la lumière sur les contrats conclus entre l’État du Sénégal et des compagnies étrangères pour l’attribution de concessions d’hydrocarbures. Créée en juin 2019 dans le tumulte provoqué par un documentaire de la BBC, qui met notamment en cause le frère du président Aliou Sall, Aar li ñu bokk veut désormais « élargir le combat ».

« Dorénavant, en plus de nous occuper de la gestion des ressources naturelles, nous allons nous centrer sur ce que nous avons tous en commun en tant que Sénégalais », explique le militant Guy Marius Sagna, qui entend s’attaquer à un système de santé « moribond » ou au domaine de l’éducation. Un moyen, espère-t-il, de remobiliser les Sénégalais autour de questions « qui ont un impact sur leur quotidien ».

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte