Politique

Bénin : l’ancien président Thomas Boni Yayi de retour à Cotonou

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 20 novembre 2019 à 16h59
L’ancien président du Bénin Thomas Boni Yayi, en 2012.

L’ancien président du Bénin Thomas Boni Yayi, en 2012. © Vincent Fournier/Jeune Afrique

L’ancien président béninois est arrivé à Cotonou ce mercredi, près de cinq mois après avoir quitté son pays. Il est accompagné d’une délégation de la Cedeao. Thomas Boni Yayi pourrait rencontrer rapidement le président Patrice Talon.

Cinq mois après avoir quitté le pays, fin juin, Thomas Boni Yayi est de retour à Cotonou, où il a atterri ce mercredi en milieu d’après-midi*. Il « accompagne une délégation de la Cedeao, composée notamment de l’Ivoirien Jean-Claude Brou, président de la Commission de la Cedeao, d’un représentant du ministère nigérien des Affaires étrangères », et à laquelle s’est également joint « l’ancien président nigérian Abdulsalami Abubakar », a précisé une source proche de l’ancien président béninois. La présidence béninoise affirme de son côté que le président Patrice Talon pourrait recevoir son prédécesseur très prochainement.

La Cedeao en mission de médiation

L’avion, en provenance de Niamey, a atterri dans la capitale béninoise en début d’après-midi. « Nous serons évidemment présents, en tant que responsables de son parti, mais nous n’avons pas lancé d’appel formel aux militants. Nous ne doutons cependant pas que nombre d’entre eux voudront célébrer le retour du président », précisait quelques heures auparavant à Jeune Afrique Nourenou Atchadé, porte-parole des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), le parti de l’ancien président béninois.

Il n’y a eu aucune discussion directe avec Patrice Talon pour préparer ce retour

« Il ne s’agit pas de son vrai retour, simplement d’une courte visite. Une fois qu’il aura fait ce qu’il doit faire, il devra repartir pour aller poursuivre ses soins », précise Nourenou Atchadé. Aucun calendrier n’est cependant fixé, pour le moment. Thomas Boni Yayi devrait, dans les jours qui viennent, participer aux rencontres que la délégation de la Cedeao compte organiser avec les partis d’opposition, la société civile et le parti au pouvoir.

« Il n’y a eu aucune discussion directe avec Patrice Talon pour préparer ce retour. Depuis le début, nous avions dit que Thomas Boni Yayi rentrerait quand il le voudrait », insiste le porte-parole des FCBE.

Une rencontre avec Patrice Talon ?

« Thomas Boni Yayi n’a rien à craindre, d’autant moins depuis que la loi d’amnistie a été votée par le Parlement », insiste une source proche de la présidence, contactée par Jeune Afrique. « Le président Talon a déjà dit qu’il était disponible pour l’accueillir à tout moment », insiste notre source, qui ajoute que les deux hommes devraient « vraisemblablement se rencontrer » très rapidement. « Le principe de cette rencontre est acquis », précise-t-il, soulignant qu’ils pourraient même se rencontrer « dès aujourd’hui [mercredi] ».

Du côté de l’entourage de Thomas Boni Yayi, on émet toutefois de très forts doutes sur la perspective de cette rencontre. « La délégation sera effectivement reçue mais, a priori, sans Boni Yayi », nous a assuré un proche de l’ancien président en début de matinée.

L'ancien président béninois Thomas Boni Yayi et Mahamadou Issoufou, le 20 novembre 2019 à Niamey.

L'ancien président béninois Thomas Boni Yayi et Mahamadou Issoufou, le 20 novembre 2019 à Niamey. © DR

Avant de s’envoler pour Cotonou, Thomas Boni Yayi avait échangé avec le président nigérien Mahamadou Issoufou, président en exercice de la Cedeao. Ce dernier a par ailleurs échangé avec les membres de la délégation de la Cedeao arrivée ce mercredi à Cotonou. « Nous allons poursuivre les échanges sous la direction du président en exercice de la Cedeao afin que ce pays frère, qui est très important pour la communauté ouest africaine, retrouve toute sa sérénité. Nous allons continuer à aider ce pays à aller de l’avant », a déclaré le président de la Commission de la Cedeao, Jean-Claude Brou, à l’issue de cette rencontre.

Le président béninois avait, en marge du sommet extraordinaire de la Cedeao à Niamey, le 8 novembre dernier, donné son accord à un retour de son prédécesseur. Il s’était en outre déclaré favorable au retour de plusieurs autres opposants politiques en exil, dont l’ex-maire de Cotonou Lehady Soglol’ancien ministre des Finances Komi Koutché et l’ex-ministre de la Justice Valentin Djenontin. Aucun des trois n’est cependant, pour le moment, annoncé à Cotonou.

Crispations politiques

Thomas Boni Yayi avait quitté Cotonou pour Lomé, le 22 juin dernier, après plus d’un mois de confinement dans sa résidence du quartier de Cadjehoun, encerclée par les forces de l’ordre depuis les violences post-électorales qui ont succédé au scrutin législatif du 28 avril. Ces élections, auxquelles aucun parti d’opposition n’avait pu participer, a ouvert une crise politique dont le pays peine à sortir, malgré le dialogue national qui s’est tenu en octobre, auquel les principales formations historiques de l’opposition n’ont pas participé.

Outre les discussions qu’il compte avoir sur les moyens de décrisper le climat politique, Thomas Boni Yayi a également prévu de profiter de son passage à Cotonou pour régler la crise qui secoue actuellement son parti, divisé entre partisans d’une approche maximaliste et tenants d’une stratégie pragmatique.

(*) Cet article a été réactualisé après l’arrivée effective de l’ancien président béninois à Cotonou. 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte