Société

Mise au point

Raouf Najar, l’ambassadeur de Tunisie en France, nous fait part de son « étonnement » de voir figurer son pays sur la carte de ceux touchés par les émeutes de la vie chère (J.A. n° 2466) : « Tant la mention de la Tunisie que la date indiquée n’ont aucune justification », écrit-il. Il s’agit effectivement d’une confusion de notre part : les troubles qui ont affecté, début avril, la région minière de Gafsa et auxquels nous faisions allusion relevaient d’un conflit d’ordre social – en particulier le problème de l’emploi des jeunes – et non de protestations contre le prix des denrées de base.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte