Banque

Afrique du Sud : un député britannique fustige le rôle des banques dans la corruption sous l’ère Zuma

L'ancien président sud-africain Jacob Zuma sur le banc des accusés à la Haute Cour de Pietermaritzburg, en Afrique du Sud, le vendredi 27 juillet 2018.

L'ancien président sud-africain Jacob Zuma sur le banc des accusés à la Haute Cour de Pietermaritzburg, en Afrique du Sud, le vendredi 27 juillet 2018. © Phil Magakoe/AP/SIPA

Le parlementaire britannique Peter Hein a vigoureusement dénoncé lundi la complicité des banques internationales dans les scandales de corruption qui se sont généralisés en Afrique du Sud à la fin du règne de l’ancien président Jacob Zuma.

« Tout ça a été facilité par la complicité massive des institutions financières internationales, d’autres entités et de gouvernements étrangers », a dénoncé Lord Peter Hein devant la commission en charge d’enquêter sur la corruption dans le pays.

Depuis près d’un an et demi, cette commission, présidée par le vice-président de la Cour constitutionnelle Raymond Zondo, a entendu des dizaines de ministres, élus, hommes d’affaires ou hauts fonctionnaires qui ont déballé au grand jour le linge sale de l’ère Zuma (2009-2018). Englué dans les scandales, Jacob Zuma a été poussé à la démission en février 2018 et remplacé par Cyril Ramaphosa, qui a promis depuis de tourner la page calamiteuse de la corruption.

L’ancien chef de l’État, 77 ans, est soupçonné d’avoir généralisé le pillage des ressources de l’État, notamment en favorisant illégalement les affaires d’une sulfureuse famille d’hommes d’affaires dont il est proche, les Gupta. Jacob Zuma s’est lui-même défendu de toutes ces accusations devant la commission en juillet, criant à la « calomnie » et à une mystérieuse « conspiration » pour l’éliminer.

Banques et « facilitateurs professionnels » mis en cause

Ancien militant de la lutte anti-apartheid, le travailliste Peter Hein dénonce depuis des années le rôle des entreprises, notamment britanniques, dans la corruption en Afrique du Sud. Lundi, il a épinglé sans détour le rôle des banques. « La communauté internationale, ces banques et les facilitateurs professionnels devraient avoir honte d’avoir permis ça », a-t-il fustigé, précisant que « certaines de ces entreprises sont établies à New York, Londres, Hong Kong ou Shanghai ».

Le parlementaire a également mis en cause l’attitude de l’Inde. »Les autorités indiennes devraient s’employer à rapatrier en Afrique du Sud les avoirs des Gupta », a-t-il jugé. Il y a un mois, les États-Unis ont sanctionné ces riches industriels, accusés d’être engagés « dans une vaste pratique de corruption et de pots de vin pour obtenir des contrats gouvernementaux », notamment en gelant leurs éventuels avoirs sur leur sol.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte