Politique

Guinée-Bissau : l’armée ne pense plus « à fomenter des coups d’État », rassure son chef

L’armée en Guinée-Bissau ne pense plus « à fomenter des coups d’Etat » et ne se mêle plus de politique, a affirmé samedi son chef, malgré la crise entre le président José Mario Vaz et son Premier ministre Aristides Gomes, à une semaine de la présidentielle.

Par
Mis à jour le 17 novembre 2019 à 12:22

Des soldats en Guinée-Bissau. (image d’illustration) © Youssouf Bah/AP/SIPA

« Je veux rassurer la communauté internationale, en particulier l’Ecomib (la force dans le pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, Cédéao), que les forces armées de Guinée-Bissau ne sont plus intéressées par la politique, encore moins à fomenter des coups d’Etat », a déclaré le Général Biaguê Na Ntam, à l’occasion de la journée nationale des forces armées.

« Si on nous confie la responsabilité de garantir la stabilité pendant l’élection présidentielle, nous le ferons fermement et de manière transparente. Car nous faisons partie de la Cédéao. Moi-même, je suis membre du comité des chefs d’État-major de la Cédéao », a indiqué le général Na Ntam.

« Il n’y aura pas de troupes supplémentaires de la Cédéao ici. (Si des troupes) doivent venir, ce sera probablement des forces de police » et non des soldats, a ajouté le chef de l’armée bissau-guinéenne.

À Lire Guinée-Bissau : l’ONU appelle les militaires à se tenir à l’écart de la crise politique

Les chefs des armées du Sénégal, du Niger, du Togo et du Nigeria se sont entretenus vendredi avec le président Vaz. Les discussions ont porté sur les dispositifs à mettre en place pour faciliter la venue des troupes supplémentaires de la Cédéao dans le pays, selon une source à la représentation locale de l’organisation à Bissau.

À Lire Guinée-Bissau : le président Vaz reçoit un chef de l’armée et garde le silence après les mises en garde de la Cedeao

En raison de la crise politique en Guinée-Bissau, la Cédéao avait craint ouvertement le scénario d’un coup de force dans ce pays. Elle avait décidé de renforcer les effectifs et le mandat d’Ecomib et prévenu que tout recours à l’armée pour imposer un acte illégal « sera considéré comme un coup d’État et entraînera des sanctions à l’encontre des responsables », à l’issue d’un sommet extraordinaire le 8 novembre à Niamey.

Les chefs d’État de la Cédéao avaient alors décidé d’envoyer samedi cinq des leurs à Bissau pour amener le président José Mario Vaz à revenir sur le limogeage, le 28 octobre, du gouvernement du Premier ministre Aristides Gomes, soutenu par la communauté internationale. Cette mission a été reportée, selon une source proche de l’organisation régionale. Le président Vaz avait, après le limogeage de M. Gomes, nommé comme Premier ministre Faustino Imbali qui a démissionné le 8 novembre sous la pression de la communauté internationale, menée par la Cédéao.