Politique

Tunisie : Habib Jemli devient le nouveau chef du gouvernement

Le président Kaïs Saïed remet une lettre de mission pour former le nouveau gouvernement.

Le président Kaïs Saïed remet une lettre de mission pour former le nouveau gouvernement. © Présidence Tunisie

Le parti d'inspiration islamiste Ennahdha a annoncé ce vendredi la nomination de Habib Jemli, ancien secrétaire d'État à l'Agriculture (2011-2014), au poste de chef du gouvernement. Il dispose d'un mois, renouvelable une fois, pour former le futur gouvernement.

Élu il y quelques jours à la tête du Parlement tunisien, Rached Ghannouchi avait la charge de désigner un chef du gouvernement avant la fin de la semaine. C’est désormais chose faite : Ennahdha, parti islamiste modéré arrivé en tête des élections législatives, a proposé l’ancien secrétaire d’État à l’Agriculture, Habib Jemli, pour le poste de chef du gouvernement, a annoncé, vendredi, le porte-parole de la formation.

La présidence de la République a indiqué peu après dans un bref communiqué que Habib Jemli avait été officiellement chargé par le chef de l’État Kaïs Saïed de former le futur gouvernement. À partir de vendredi, le nouveau chef de l’exécutif a un mois, renouvelable une fois, pour mener à bien cette tâche, et le gouvernement doit ensuite être approuvé par une majorité de députés. À défaut de majorité à l’issue de ce délai, le président Kaïs Saïed pourra proposer une autre personnalité.

« Aucune appartenance politique »

Ingénieur agricole de formation, Habib Jemli est un ancien secrétaire d’État auprès du ministre de l’Agriculture du 2011 à 2014, dans les deux gouvernements de Hamadi Jebali et Ali Larayedh du mouvement Ennahdha. Dans son CV envoyé, il précise cependant qu’il n’a « aucune appartenance politique ».

Ce père de quatre enfants originaire de Kairouan (centre) a également un master en économie agricole et en gestion des institutions agricoles.

Le choix du conseil consultatif de la choura du parti Ennahdha s’est porté « sur une personne connue pour sa compétence, son intégrité et son expérience dans l’administration », a indiqué Abdelkarim Harouni, président de cette instance.

Selon nos informations, Mohamed Ben Salem, militant du parti d’inspiration islamiste, aurait soutenu sa candidature auprès du conseil de la choura. Avant d’être officiellement nommé, Habib Jemli a rencontré trois fois Rached Ghannouchi ces dernières 24 heures.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte