Politique économique

Au Kenya, la lutte contre le blanchiment d’argent et la fraude fiscale passe la monnaie au peigne fin

Au Kenya, les billets de 1 000 shillings représentent 80 % de la masse monétaire en circulation.

Au Kenya, les billets de 1 000 shillings représentent 80 % de la masse monétaire en circulation. © Claudia Lacave

Les échanges illicites sont dans le viseur du gouvernement kenyan, qui, après une série de lois restrictives, a entrepris de sortir les billets les plus fréquents de la circulation pour lutter contre l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent. La mesure parachève la surveillance de la monnaie mobile et la répression des cryptomonnaies décentralisées.

La Banque centrale du Kenya (CBK) a annoncé début octobre l’achèvement du remplacement des billets de 1 000 shillings kenyans (environ 8,8 euros) par de nouvelles devises. L’opération, qui a duré quatre mois, visait d’une part à satisfaire la Constitution de 2010, en supprimant toute personnalité politique de la surface des billets, et d’autre part à lutter contre la monnaie illicite, l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent.

Les billets de 1 000 shillings représentent 80 % de la masse monétaire utilisée au Kenya. Économiste à l’université de Nairobi, Samuel Nyandemo assure qu’ « au Kenya il y a beaucoup de monnaie illicite et ce sont surtout des billets de 1 000. Ils sont faciles à stocker en grande quantité. »

Sur les 217 millions de billets en circulation, 96 % ont été retournés entre le 1er juin et le 30 septembre. Le gouvernement kényan a réalisé cette démonétisation en quatre mois, soit un laps de temps relativement court, dans une volonté de surprendre les fraudeurs.

Une réussite contrastée

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte